La « police de Macron » n’est pas celle de Pétain!

Tout ce qui est excessif est dérisoire. Et là encore nos politiques n’ont pas fait dans la dentelle à l’occasion du nouveau feuilleton de l’été: l’affaire Steeve. Après un mois de quasi silence après la disparition de ce jeune tombé dans la Loire, à Nantes, pendant la fête de la musique, ils se sont déchaînés avec l’outrance qu’on leur connait. Une récupération indigne de toutes parts, alors que les circonstances de ce drame restent encore bien mystérieuses. Est-il bien tombé suite à la charge des policiers livrés bien sûr à la vindicte du peuple qui sait tout ? La mairie de Nantes et ses élus de gauche n’a pas été avare en commentaires et accusations dans l’attente du dénouement et de la découverte du corps (à un emplacement qui là aussi pose question). Ne doit-elle pas également se regarder dans le miroir des responsabilités alors que le feu vert avait été donné pour cet emplacement tout de même curieux. A proximité du fleuve pas vraiment sécurisé à cet endroit précis alors que l’on savait très bien que des débordements, l’alcool et l’absorption de produits stupéfiants aidant, étaient plus que prévisibles dans ce climat ambiant. Tout comme le refus de ces jeunes d’obtempérer à la fin de la « récré » au-delà de 4 heures du matin. Violences policières ou pas, il y a eu un mort. Un drame toujours intolérable. Mais de là à inciter certains pousse au crime à oser comparer la « police de Macron » à celle de Pétain, n’est pas acceptable. Non, messieurs, mesdames, la police française n’est pas celle d’un président de la République ou d’un gouvernement. De gauche comme de droite. Elle est tout simplement républicaine. Confrontée trop souvent à des hordes de sauvages et d’anarchistes qui profitent de mouvements sociaux (ce qui n’était pas le cas à Nantes) pour marquer leur territoire (?) de leur haine du pouvoir en place. Ce qui n’empêche pas de s’interroger sur les moyens proportionnés ou pas des forces de l’ordre, face à ces professionnels de l’émeute. comme samedi à Nantes, où pour plusieurs milliers de « manifestants » l’heure n’était pas au recueillement et à l’hommage à l’égard de Steeve. Mais bien à la casse. et se « payer du flic ». Injustifiable et lamentable. La France est bien malade de cette ultra violence encouragée par la duplicité des pseudos essayistes (un nouveau terme à la mode) philosophes et autres récupérateurs politiques et observateurs de tous poils!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :