« Parce que c’est notre destin »

Notre-D(r)ame de Paris défigurée mais toujours debout…La Concorde transférée sur l’Ile de la Cité. Le miracle de la semaine pascale. Une belle et rassurante union sacrée. C’est aussi ça la France que l’on aime lorsque que les politiques et le peuple sont à l’unisson dans la même émotion. L’émotion du cœur blessé mais ô combien volontaire pour reconstruire ce que le destin a voulu faire disparaître dans les flammes.

Victor Hugo n’aurait pas aimé voir ce « clocher du monde », sa cathédrale chérie et bénie des Dieux pour avoir échappé pendant près de dix siècles à toutes les horreurs des épidémies aux guerres, aux affres de la Révolution, disparaître dans les oubliettes de l’histoire. Et quelle histoire jusqu’à cette nuit de la mi-avril, pendant laquelle Emesralda et Quasimodo ont pleuré à gros sanglots, comme des millions de Français. Un drame planétaire et vécu comme tel sur tous les continents meurtris par les blessures de Notre-Dame.

« Cette cathédrale nous la rebâtirons tous ensemble parce que ce n’est notre profond destin. Nous irons chercher les plus grands talents » a promis rapidement le président de la République, Emmanuel Macron, en lançant aussi une souscription nationale…Un appel à la générosité à l’échelle planétaire lorsqu’on voit l’émotion sans précédent suscitée par les blessures de Notre-Dame des larmes visitée chaque année par 13 millions de personnes du monde entier.

Comment en premier lieu ne pas rendre hommage aux soldats du feu sans qui le pire n’aurait pas pu être évité. Combien de Parisiens massés sur les ponts et quais environnants, incrédules, en pleurs pour beaucoup d’entre eux, ont applaudi les « sauveurs » qui méritaient comme souvent un casque d’honneur pour leur héroïsme. Une image que l’on préfère et de très loin à celle de ces pompiers caillassés et blessés dans leur chair dans d’autres circonstances! C’est aussi ça la France des contrastes.

Le glas n’est pas passé très loin de ce trésor finalement sauvé. Et l’argent ne devrait pas trop manquer avec déjà ces centaines de millions d’euros promis, entre autres, par deux de nos patrons milliardaires, habitués du mécénat, dans la corbeille de la solidarité. De quoi avoir un peu moins…le bourdon au lendemain de cette catastrophe vécue en mondiovision. Le bourdon de 13 tonnes a en effet survécu aux flammes pour protéger ses deux tours de façade. Vous imaginez la capitale sans ses deux tours monumentales! Et les acteurs de la comédie musicale éponyme la plus jouée au monde et déjà aux 13 millions de spectateurs, faire relâche. Comme quoi ca porte bonheur de toucher la bosse de Quasimodo! Comme le chiffre 13…

%d blogueurs aiment cette page :