L’alphabet de la vie Qui commence forcément par un À. A comme amour bien sûr , le plus beau et un beaucoup plus triste, Adieu.

A bien sûr comme Audrey, Aurelie et Antoine., trois de ses petits-enfants, Augustine, son arrière petite-fille, la petite dernière, la reine des magnets. Direction le frigo de Mamie. Une passion aussi plus comestible pour les gâteaux apéritifs! Comment oublier aussi au nombre d’autres desserts le fameux gâteau rose, spécialité de « Marie-Marcelle » comme aimait parfois à la surnommer avec malice, Audrey .

Souvent aux Sables d’Olonne. Que de magnifiques souvenirs particulièrement estivaux pour toute la famille souvent rassemblée pour le meilleur et pour le rire et l’image toujours bien vivante du parterre de rosiers entretenu pendant toutes ces années par papy! Quand on y pense, il n’y à quand meme qu’un seul vrai sablais et même chaumois, Mathieu, le seul natif de la côte de Lumière, terre d’adoption aussi de Virginie, une authentique ex-demoiselle de Cherbourg,née la nuit de l’abolition des privilèges le 4 aout et Marc et du trio des grands, Marine, dite « Poulette » Pierre-Marie , le philosophe et expert en bons petits plats comme sa grand-mère mère, Antoine, qui en expert si je fais trop long, risque de me couper au montage. Je ne lui en voudrai pas. Tous ont chéri leur grand-mère à l’instar d’une famille unie pour l’accompagner en cette douloureuse journée.!

Comment aussi oublier l’amie de la famille, Jacqueline, qui de sa maison de retraite n’oubliait pas sa copine d’école, de Pont-l’Eveque , il y a plus de 80 ans. Un bel exemple de fidélité réciproque.!

Jacqueline, désormais la dernière d’une bande de quatre copines des années d’occupation, à nos côtés comme une coïncidence , il y a presque huit ans au Havre le jour de naissance de son arrière petit-fils Raphaël. J’y associe bien volontiers nos chers disparus, Papy et son gendre, Michel qui aimait à la taquiner, la belle-mère. Non sans tendresse. L’une de ses grandes qualités, comme seules les mamans peuvent en offrir. Je ne saurai omettre le rôle joué par Véronique, mon épouse, très attentionnée auprès de sa belle-mère. Comme quoi il arrive aussi qu’il n’y ait pas de nuages entre belle-mère et bru! Encore une idee reçue. Reçu comme l’amour porte tout au long de ces décennies, par ses enfants, petits-enfants et les deux petits derniers dont la proximité en raison de l’âge de l’une et du duo ne pouvait bien sûr pas être la même. Et aussi Elodie et Xavier, absents pour raison de garde auprès de leurs enfants encore trop jeunes pour se joindre à nous en pareille et si douloureuse circonstance. Ils sont avec nous par le cœur.Et la présence de tous les instants de Marie-Caro. L’ainée de la fratrie qui tout au long de ces années havraises a porté à bout de bras et c’est un doux euphémisme sa chère petite maman. Tout comme la benjamine, Virginie, Jusqu’à cette journée du 9 novembre dernier. Le jour anniversaire de la mort du général de Gaulle il y a cinquante ans. Un clin d’oeil de l’histoire comme la vue en famille la veille de son décès d’un autre départ, celui du Vendée Globe. On en revient toujours aux Sables d’Olonne!

Signé Bibice. Ton fils qui t’aime. Tout simplement. Avec ses deux sœurs, Virginie et Marie-Caro qui partagent de tout cœur les quelques mots.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :