Mission impossible ?

Du grand débat au grand saut…Avec dans le rôle principal Emmanuel Macron, alias Tom Cruise face à une mission jugée impossible. Seul devant son coffre-fort pour percer l’épais secret qui plane depuis des semaines interminables. Vingt minutes, tout au plus, pour libérer surtout des liasses de billets non pas pour son seul profit de braqueur mais bien pour celui de millions de Français impatients de toucher les dividendes de cette crise toute aussi interminable. « Mais bon dieu, mais c’est bien sûr »…ajouterait le commissaire Bourrel, célèbre commissaire d’une série télévisée des années soixante et soixante-dix. Mais là c’était de la fiction. Le réel attend le président Macron face aussi à la perspective d’un second acte de son quinquennat. Une réponse en deux temps deux mouvement ce soir et mercredi devant les journalistes pour sa première conférence de presse depuis son arrivée à l’Elysée. Il va y jouer rien de moins que son quinquenat. Où comment la forteresse élyséenne va se transformer en véritable casino.

Reste que les caisses ne sont pas bien pleines…Un doux euphémisme pour dire combien les pistes du vaste chantier sont parsemées de gros cailloux. De sacrés obstacles pour avancer plus vite. Du concret, il en faut et du concret il y en aura…Forcément. Reste à savoir s’il sera à la hauteur de l’enjeu colossal ? Tout aussi évidemment non. Dès 20h20, les trompettes de Jéricho de la critique vont s’en donner à cœur joie, pour une véritable explosion de décibels. La colère est, on le sait, bruyante!

Sans donner dans le pronostic du tiercé hippique, les observateurs imaginent que des annonces concrètes dans cet ultime et subtil dosage pourraient tourner autour de la revalorisation du minimum vieillesse, de la réindexation des petites retraites sur l’inflation (quoique un peu longue au niveau de sa mise en place) l’aide aux familles monoparentales (40 % des femmes divorcées éprouvent les plus graves difficultés pour toucher leur dû). Sans oublier une baisse ciblée de la TVA et un impôt sur le revenu plus progressif. Et pour le domaine des institutions une part de proportionnelle sans passer par la case de la réforme institutionnelle et la prise en compte du vote blanc.

Voilà des haies, qui, si elles étaient franchies, permettraient de relancer le champion sur son cheval et entrevoir le poteau d’arrivée avec un peu plus d’espoir dans la dernière ligne droite. Mais il va falloir en donner…du foin au cheval France!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :