Les… »salauds » de riches ont encore sévi!

Près d’un milliard d’euros en l’espace de 24 heures. La toiture de Notre-Dame était encore fumante que les premiers dons affluaient. On devrait s’en féliciter et bien non. La trève, comme on pouvait l’imaginer, a été très vite rompue, victime souvent de cette haine de classe qui n’en finit pas de gangréner notre pays.

Les premières polémiques sont très vite tombées sur les dons en dizaines et centaines de millions de ces « salauds » de riches, ces milliardaires qui ont osé sortir leurs chéquiers pour payer au final moins d’impôts. Forcément. Des grandes fortunes, qui, pour beaucoup d’entre elles, ont fait preuve d’un bel élan philanthropique, le plus souvent à titre personnel, pour venir au chevet d’une grande malade, Notre-Dame. Pour rebâtir pierre après pierre ce joyau architectural visité depuis des siècles par des millions de pèlerins et touristes. Combien aussi d’anonymes peu fortunés, qui, en fonction de leurs moyens ont cassé leur tire-lire et nombre de collectivités locales et territoriales et même le PSG ! Et tous ces concerts, spectacles, émissions spéciales de télévision, événements divers organisés pour alimenter cette cagnotte miraculeuse mais forcément interrogative. Le fiel de certaines bonnes âmes s’est très vite répandu. « C’est bien la preuve que lorsqu’on veut, on peut » ou encore cette fine remarque « il faudrait mieux aider les misérables que Notre-Dame ». Comparaison ne vaut pas raison.

Un groupe d’assurances s’est même proposé d’offrir 1300 chênes de ses forêts normandes au profit de la future charpente pour remplacer la célèbre « forêt » disparue dans l’incendie. Il s’est même trouvé…un gland, en l’occurrence Nicolas Dupont-Aignan, qui filmé non loin de Notre-Dame, a mis en exergue le fait qu’il avait rencontré beaucoup de Parisiens suspicieux sur l’origine accidentelle de ce désastre mais croyant davantage à un possible attentat. Et vous remettrez une pièce dans la thèse complotiste! Une triste obole, qui elle, ne nous fait pas sourire.

Et pendant ce temps-là, le président Macron a mis la barre très haute en annonçant une fin de chantier pour 2024, année des Jeux olympiques de Paris. Un pari audacieux en terme d’échéance. Et un…sacré challenge pour nos bâtisseurs de cathédrale des temps modernes, qui, une chose est sûre, ne manqueront pas d’argent. N’en déplaise à tous ces esprits retors!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :