Le discours de la méthode d’Edouard Mendès-France et Philippe Rocard!

Un titre osé…pour un discours de la méthode bien dans l’esprit cartésien du Premier Ministre. Edouard Philippe avait pour mission de mettre sur orbite la fusée de l’acte 2 du quinquennat d’Emmanuel Macron. Avec des accents rocardien (son premier émoi en politique) et mendésiste, l’ancien éphémère président du Conseil et maire de Louviers.

Une ville de l’Eure aussi connue pour sa célèbre comptine sur laquelle…l’ancienne Gilet jaune, Ingrid Levavasseur, a jeté son dévolu pour les prochaines municipales.

On fermera rapidement cette parenthèse pour revenir à l’essentiel: un discours marqué d’une réelle volonté ironique de…rassemblement national, pour lutter précisément contre la poussée de ce parti aux Européennes et un appel sans équivoque au dépassement du vieux clivage droite-gauche ou gauche-droite. Ce qui revient au même dirait la Palice. A chacun sa vérité…

Le cap économique reste toujours d’actualité avec davantage toutefois une posologie verte sans toutefois que l’Ecologie ne vive le grand soir à court terme!

Un discours sans emphase mais bien concret avec des annonces qui,sans être extraordinaires, n’étaient pas moins attendues comme celles de la volonté réelle de bien baisser les impôts pour une quinzaine de millions de foyers fiscaux avec pour final une baisse moyenne de 350 euros, l’incitation pour ce qui est des retraites, à travailler jusqu’à 64 ans, le coup d’envoi au bonus-malus pour les contrats courts, la suppression totale à court terme de la taxe d’habitation. Un calendrier dans lequel figure aussi la mise en œuvre de la procréation médicalement assistée (PMA). La seule annonce véritablement ovationnée par les députés LaREM et un probable sujet de discorde nationale à la rentrée de septembre. La Manif pour tous est déjà en ordre de…marche pour relancer la machine!

Restent deux grandes inconnues et pas les moindres: le financement de ces mesures consécutives à la crise des Gilets jaunes et un motif de sévère guérilla avec Gérard Larcher et ses amis républicains du Sénat hostiles à la réforme constitutionnelle, toujours en pointillés. Comme sur le dossier chaud des urgences hospitalières qui espéraient un coup de pouce de l’exécutif. Un espoir déçu pour le moment. Une question de positionnement dans la haute pile des dossiers chauds, très probablement!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :