Un « flingueur » nommé Sarko, de retour en recours!

Les « Passions » titre de son nouvel ouvrage est à l’image de sa vie politique. Combien de passions a-t-il en effet déclenchées er suscitées en bien et en mal depuis sa prise de pouvoir à la hussarde de la mairie de Neuilly-sur-Seine, à la barbe d’un certain Charles Pasqua. L’itinéraire d’un enfant pas toujours gâté au sein de sa propre famille gaulliste.

Nicolas Sarkozy se raconte encore de façon intimiste dans ce premier opus allant de ses premiers pas en politique jusqu’à son entrée par la grande porte de l’Elysée et ses quelques pas sur le tapis rouge en raccompagnant élégamment son prédécesseur Jacques Chirac au seuil de l’Elysée. Ce que n’avait pas fait son vainqueur de 2012 dont les mauvaises manières avaient pu défrayer la chronique à l’époque.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître l’ancien président n’a jamais été aussi…grand avec ou sans talonnettes, que les soirs de défaite électorale! Une belle dignité que l’on ne retrouve pas toujours chez les grands fauves politiques. Qu’il restera en dépit de la batterie de casseroles judiciaires qu’il traîne derrière lui. Qui l’empêcheront selon toute probabilité d’un retour en haut de l’affiche. Il devra se contenterdu rôle d’un éventuel recours en cas de catastrophe. Et pas davantage.

En attendant, Sarko, dans son ouvrage, règle ses comptes avec son ancien collaborateur François Fillon. En attendant la suite qui pourrait être plus « poivrée ». Un jeu de quilles et de strikes qui n’épargne pas au passage de quelques lignes assassines aussi, François Bayrou. Il revient également sur ses relations avec François Mitterrand et surtout Jacques Chirac, son premier mentor en politique avant qu’il le trahisse au profit d’Edouard Balladur. Mauvaise pioche et disgrâce assurée pendant plusieurs années. Sans être sous le charme, Nicolas Sarkozy, se montre plus interrogatif et mesuré à l’égard de l’actuel hôte de l’Elysée qui a le mérite selon lui d’être bien accompagné de Brigitte, une femme qu’il apprécie « pour sa simplicité et sa sincérité ».

Eloges que la Première dame partage avec le chef du gouvernement, Edouard Philippe (il doit bien aimer le prénom!) qui selon ses écrits « démontre une force et un calme que je ne lui connaissais pas ». Nul doute que l’ancien chef d’Etat en garde sous le coude pour le second tome consacré à son quinquennat. La boîte à gifles risque de peser encore plus lourd! Le Sarkozy « flingueur » n’a pas fini de « sulfater » ses anciens amis et pas seulement avec son arme favorite de ses années de présidence, le karcher! Il est bien connu que le linge sale ne se lave pas qu’en famille…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :