La peau de ministres est dure!

Dure, dure, la peau de ministre! Et plus les opposants de droite et d’extrême-droite les réclament, plus le chef de l’Etat risque de ne pas leur donner satisfaction. Et ce n’est pas le défilé justifié (pour beaucoup) des hurlements liés aux désordres du 14 juillet pourri sur les Champs-Elysées et la nuit de liesse des supporters de football algériens ponctués là encore par des heurts dans plusieurs villes françaises qui y changeront. Avec pour bouquet final de ce feu d’artifices, près de 300 interpellations!Et que dire de l’image mal venue laissée par la présence aux côtés du président de la République à la tribune d’honneur de la parade de nos militaires, d’un autre ministre en sursis, François de Rugy ? Nul doute qu’il sera poursuivi tout l’été par un autre défilé: celui des bouées et autres à l’effigie d’un crustacé: le homard, que l’on va déguster sur toutes ses formes plastiques. Et pas seulement sur les plages. Une aubaine commerciale (que n’ont pas les commerçants des Champs-Elysées, fracassés par la récurrence des violences) pour tous les fabricants. Un été qui là, ne sera pas meurtrier pour les intéressés, contrairement à celui d’Emmanuel Macron, qui, après le rebond européen, se retrouve sous les feux nourris et croisés de ses oppositions. Il faut bien reconnaître que le pouvoir, parfois, a tendance à donner des armes à ses opposants. Comme celle, peut-être anecdotique, de vouloir…garder à vue ses trois clowns de prédilection, têtes à claques reconnues de la mouvance radicale des Gilets jaunes. Qui n’attendent que ça pour défiler ensuite sur tous les plateaux de télés complaisantes depuis des mois avec ces pieds nickelés de l’insurrection. Des révolutionnaires en peau de lapin et chagrin (avec un petit bémol peut-être pour l’éborgné hélas!Jérôme Rodrigues), renforcés comme leurs petits camarades jaunes par l’impression désastreuse laissée par l’affaire des dîners fastueux à l’Hôtel de Lassay.

En attendant, le locataire de l’Elysée, discret sur l’affaire de Rugy, a laissé son Premier ministre, Edouard Philippe, gérer cette semaine délicate, comme si de rien n’était. Rien de tel que de prendre de la hauteur et d’admirer la démonstration spectaculaire pendant la cérémonie de la Concorde (la mal nommée en cette journée de fête nationale) d’un Flyboard. Et de quitter momentanément le plancher des…vaches redevenues folles et les soucis des polémiques qui lui collent à la peau depuis le début de son quinquennat, l’été revenu…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :