« C’est grave, docteur ? »

« Alors, docteur, c’est grave »? « Non, non, il ne s’agit que d’un syndrome post-caniculaire que l’on connait dans notre jargon médical sous le nom de « Plenelfgite » aigüe ». Ca se soigne bien ».

Nous voilà rassuré et prêt à vous livrer un scoop digne de faire frétiller encore plus la moustache du « Torquemada » de Médiapart. Nous sommes en effet en mesure de vous annoncer par le menu la future carte des cuisines de nos palais nationaux. Monsieur le procureur général Edwy Plenel pourra être juge de cette liste de mets non exhaustive mais ô combien savoureuse que l’on retrouvera à la rentrée de septembre sur les tables de nos gouvernants. Et pas seulement que le soir de la Saint-Valentin!

Pour faire léger on commencera par un bouquet de crevettes roses appelées communément dans le Cotentin « Demoiselles de Cherbourg » (message personnel: j’en ai épousé une il y a près de quarante ans!) Et pour suivre, des salaisons ibériques de chez Belota-Belota, un traiteur de renom très apprécié par Edouard Philippe, qui aimait s’y retrouver avec les copains (devenus depuis ministres pour certains d’entre eux) de sa bande, avant qu’il ne soit Premier violon à Matignon. Cochon noir d’Espagne qui s’en dédit…Et pourquoi pas du saumon sauvage sorti des meilleurs fumoirs de Paris? Désolé, J’ai oublié pour la bonne bouche le slogan « fumer tue ».

*Vous avez encore une petit faim ? Je vous propose alors un civet de lièvre à la Royal(e) (pas plus la marine que l’ex de François Hollande) préparé par C…ma bouchère préférée dont je préfère conserver l’anonymat, un filet de bœuf façon Rossini et un ris de veau, le tout avec une sympathique fricassée (en fonction de la saison) de cèpes, girolles et morilles. Et enfin pour donner un petit air de fraicheur des savoureuses glaces de la Ferme( ca fait davantage peuple). Je vous avoue en toute…franchise bien aimer celle à la framboise plutôt que celle au foie gras!

Voilà autant de mets…qui ne risquent pas de faire la une des journaux et de Médiapart car au niveau de l’image qui tue, cela pèse beaucoup moins lourd au niveau du visuel qu’un…homard que l’on peut trouver en saison à moins de 25 euros le kilo dans le Cotentin ou en Bretagne. C’est à dire beaucoup moins chers que les quelques exemples précités! Bon appétit, les amis…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :