Deux ministres dans l’arène entre tradition et indignation!

Les deux font la paire pour un poker perdant. Une belle paire d’as de la maladresse, à l’origine de la polémique de l’été. Celle de se montrer, même à titre privé, dans les tribunes d’une arène à Bayonne et d’être cloués au pilori du tribunal d’une certaine opinion trop heureuse d’en découdre et des réseaux sociaux. Un heureux prétexte pour les farouches opposants à la corrida et une féria dont se seraient bien passé Jacqueline Gourault et Didier Guillaume, tous deux en vacances dans la région, respectivement ministres, l’une de la Cohésion sociale et l’autre de l’Agriculture, chargé aussi du bien-être animal! Pas de… « peau de taureau », un photographe du quotidien Sud-Ouest se trouvait là pour immortaliser par l’image, qui aurait été sans la moindre conséquence il y a quelques années, ces deux afficionados, habitués semble-t-il des lieux, invités du maire de la cité basque, sur les bords de l’Adour et non pas de l’amour! Même s’ils ne sont pas les plus voyants du gouvernement, ils ont tout de même une petite notoriété en dépit de leur discrétion. Pas vraiment exposés à la lumière des projecteurs, même en nocturne, mais tout de même… On imagine s’il était agi de Christophe Castaner. L’inspection générale de la police des arènes aurait été invitée à instruire la belle affaire! Et on aurait exigé, une fois encore, sa tête…et le reste!

Ce qui est une tradition séculaire et légale (pour laquelle je n’ai aucune estime) n’est évidemment pas jugée supportable et morale par nombre d’opposants à la barbarie de la corrida. « Un scandale » ont aussitôt asséné les défenseurs de la cause animale (dont la liste a obtenu tout de même 1 % aux élections européennes) et les écolos de tous poils, dont l’inévitable Brigitte Bardot, devant « l’imbécilité coupable » des deux ministres en affichant leur présence à un « spectacle » considéré comme indigne et barbare par 76 % des Français, probablement pas sondés dans la dizaine de départements français où la tauromachie conserve ses titres de noblesse. Que l’on veuille ou non.

Notre duo n’a pas reçu jusqu’alors beaucoup de soutiens. Une exception toutefois dans ce concert de lamentations: le maire de Béziers, un proche de Marine Le Pen et supporter assumé de la tauromachie, très prenante et populaire dans sa ville. Pourtant très avare de compliments à l’égard du gouvernement et de son exécutif, Robert Ménard, est venu au secours de nos imprudents. « Qu’on leur lâche les baskets. Cette polémique n’a aucune raison d’être. On va aussi les empêcher de pêcher ou de chasser. Il y en a marre aujourd’hui de cette morale faite d’interdits. Pourquoi pas non plus les interdire de fumer ou de boire car ça nuit à la santé, ou de manger de la viande ». Il n’a pas osé faire la comparaison avec le scandale du « homard ébouillanté ». Un acte de cruauté qu’il faudrait aussi bannir au nom de la sauvegarde de ce crustacé qui a coûté son « marocain » à François de Rugy ? Même si ça n’a rien à voir, ajoutons-le, en toute objectivité.

Toujours est-il que nos deux spectateurs-gaffeurs devront peut-être se doter d’une muleta (un leurre de serge rouge) pour éviter, non pas les cornes du taureau, mais bien peut-être la colère du chef à la rentrée des classes des ministres! Qui, de toute évidence, aura une autre corrida autrement plus délicate à maîtriser au sommet du G7, du côté de Biarritz à la fin du mois. Ce n’est pas tous les jours que le pays basque fait la une de l’actualité!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :