Il y a…charlots et « Charlot »!

« Qu’ils viennent me chercher » avait lancé en pleine tempête Bennala, le chef de l’Etat. Une aimable invitation à laquelle voudraient bien répondre quantité de Gilets jaunes à la veille des Journées du patrimoine. Des journées qui risquent d’être sérieusement perturbées dans plusieurs hauts lieux de la capitale coïncidant avec le 45 e épisode de la colère jaune. Certains édifices, contrairement à l’habitude, seront en effet fermés pour l’occasion. Ce qui ne sera pas le cas notamment à l’Elysée. Un palais seulement ouvert sur rendez-vous après inscription. Comme chez le médecin. Pour mieux assurer la sécurité du site le plus ciblé. Vous imaginez: des selfies des tuniques jaunes envahissant quelques pièces du château! Voilà qui ferait un peu désordre dans le tableau d’un ministre de l’Intérieur dont les nerfs vont être à nouveau être à vif avec cet énième épisode du désordre. Alors que ses forces vont être mobilisées non seulement pour les révoltés du samedi et ces Journées du patrimoine à risque, mais encore avec une « manife » pour les retraites et une Marche pour la climat. La triste routine pour les représentants des forces de l’ordre, qui par parenthèse, n’ont pas toujours perçu les millions d’heures supplémentaire promises par l’exécutif!

Un tableau bien noir auquel on ajoutera, en forme de clin d’œil affectueux, la disparition du second « Charlot » du cinéma, Charles Gérard (qu’il nous soit permis d’oublier la carrière d’autres Charlots dans les années soixante-dix). Le vieux complice (depuis 1948 ) de notre Bébel national et second rôle fétiche de Claude Lelouch, a fait pour la première faux bond à son « Guignolo » et « Incorrigible » ami. Qui depuis l’hospitalisation de son pote, il y a plusieurs semaines, ne sortait plus de son hôtel particulier que pour aller voir son « Charlot » dont la dernière réplique, il y a quelques jours, fut « on se fait un resto bientôt ». L’ultime réplique (autrement plus drôle que le grand Guignol médiatique du procès Mélenchon) d’une amitié indéfectible pour la vie pour ces jumeaux de l’existence, qui, tous les jours, se retrouvaient pour déjeuner dans l’une de leurs quatre « cantines » parisiennes du quotidien. Les travées de Roland-Garros et du Parc des Princes vont aussi être orphelines de ce duo inséparable. Jusqu’à jeudi soir. Bon courage Monsieur Belmondo.

Un dernier mot de sport si prisé par les deux inséparables, amateurs du noble art qu’ils pratiquèrent dans leur jeunesse et une première rencontre musclée sur un ring de boxe qui se conclut par l’éclatement du pif de l’ainé, ko devant l’uppercut de Jean-Paul! Les deux potes ne se sont plus quittés depuis! L’animal (un autre de ses grands succès) Bébel sera peut-être devant son poste demain matin pour supporter nos coqs pour leurs débuts en Coupe du Monde du rugby au Japon, opposés aux Pumas argentins…Un duel d’animaux pas vraiment en faveur du XV tricolore, hélas!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :