Un tout petit casting et des ambitions bien mal placées!

Un casting vraiment revu à la baisse. Vertigineuse. Imaginez les partis de gouvernement avec les François Mitterrand, Michel Rocard,Georges Marchais, Jacques Chirac, Philippe Seguin, Nicolas Sarkozy et même…l’amère de Lille, Martine Aubry, ces quarante dernières années. Un gouffre abyssal pour une comparaison violente.

Des poids lourds qui,pour certains,ont fait une très belle carrière au plus haut niveau. Aujourd’hui on a le droit à des obscurs troisièmes couteaux tels que Stanislas Guerini, pas vraiment un ténor de dernière les barreaux comme un certain « Mémé » qui s’était illustré dans un toute autre domaine, Olivier Faure, le mal nommé et le petit dernier, Christian Jacob. Enfin nouveau, pas vraiment, car ce « bébé » Chirac navigue dans la politique depuis une trentaine d’années. Un bon soldat de la « chiraquie » et de la « Sarkozy » Sa seule ambition à la tête du parti les Républicains sera de se consacrer exclusivement à un projet d’alternance face au macronisme et à mettre de côté les ambitions et les égo de certains de ses petits camarades. Il est sûr qu’avec l’ancien président des Jeunes agriculteurs, la barre ne peut pas être très haute. Et c’est en toute modestie que le député de Provins se lance dans une mission que certaines mauvaises langues considèrent comme syndic de faillite d’un mouvement abandonné par ses électeurs. Avec un premier objectif les municipales de mars prochain.

Un scrutin, qui très probablement ne sera pas pour les Républicains un enterrement définitif. Fort de toutes ces mairie gagnées en 2014, le parti dispose d’une avance considérable sur ses rivaux,et en particulier sur LaREM, dont le maillage sur le territoire au niveau des élus locaux est proche du degré zéro. Normal puisque le parti du président n’existe que depuis trois ans.

On ne peut pas dire qu’il la joue fine depuis quelques semaines en braquant inutilement ses partenaires et alliés contre des maires en bonne place, bien implantés et forts de leurs positions de sortants. Cet excès de gourmandise risque de leur coûter très cher en mars prochain.

Il est grand temps que le maître du château élyséen mette fin à ce débordement d’ambitions très mal placées et surtout synonymes de très mauvais résultats. Les premières opinions sondagières devraient les inciter à faire preuve d’une plus grande modestie. Qui, on le sait, ne constitue pas la qualité première d’un bon nombre de macroniens et de leur chef suprême. Une mairie, ce n’est pas une victoire facile dans la foulée du président vainqueur, lors des législatives!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :