Une sortie de route définitive à « Paris-Normandie » transformé en radeau de la Méduse!

Voilà un titre que les lecteurs et lectrices de Paris-Normandie ne trouveront pas dans leur quotidien préféré: « Les carottes sont cuites » ou « La fin des haricots ». En référence bien sûr au départ précipité du directeur du journal rouennais, Frédérick Cassegrain, congédié par le propriétaire, depuis 2017, Jean-Louis Louvel, candidat soutenu, entre autres, par le parti du Président aux municipales à Rouen.

Le téméraire n’avait pas caché, semble-t-il, qu’il était difficile pour un patron de presse de s’engager en politique sans nuire à l’image de sa publication. Cette belle mais suicidaire indépendance lui a valu un bon de sortie. Définitive. Même si ce carton rouge a aussi probablement d’autres raisons.

Une évidence qu’ont bien connu les quelques rares anciens de l’époque Robert Hersant et Jean Allard (cela ne nous rajeunit pas) alors cheval de Troyes comme premier adjoint au maire de Jean Lecanuet et député, toujours présents dans les rédactions du titre normand.

Il n’était alors pas facile pour ces glorieux anciens de parler de leur patron dans leurs colonnes. En bien ou en mal.

Un peu plus de trente ans après, bis repetita pour le quarteron de résistants ayant échappé aux différentes purges. Volontairement ou involontairement où à cause de l’âge. Ce qui est plus normal.

Après avoir fait leur débuts professionnels, les derniers rescapés du radeau de la Méduse rouennais vont finir leur carrière avec la même problématique.

Et ce même si le président du club de rugby local, monté en pro D 2 et surtout P.D.G d’un puissant groupe spécialisé dans la fabrication de palettes en bois, entend se désengager au plus vite de son « canard » boiteux en sursis et sous perfusion depuis plus de quinze ans.

Il est loin le temps où sous le règne même très contesté de Jean Allard, la diffusion atteignait encore les 130.000 exemplaires contre 50.000 aujourd’hui.

Les grandeurs et décadences de la presse régionale à l’heure où un quotidien de la Haute-Vienne, d’obédience communiste va fermer ses portes.

Pour en revenir à Jean-Pierre Louvel,dont les chances de conquérir la mairie convoitée sont loin d’être négligeables, il va prochainement lancer une grande opération destinée à la plantation d’arbres non pas pour son…boulot (attention à l’orthographe) mais bien pour un projet tendance écolo forcément bien relayé par son journal et ses journalistes. Un possessif toujours amusant d’ailleurs.

Cela ne peut pas faire de mal en ces temps où la défense de l’environnement est reine. Surtout dans une ville traumatisée par la catastrophe de Lubrizol.

« Salut les copains »et bon courage pour la suite.

Qu’il me soit permis pour conclure de relater un souvenir très personnel.

Alors journaliste dans ce même titre à Louviers, j’avais failli être « tréporté »et muté à l’agence du Tréport pour cause de très mauvaises relations professionnelles avec la maire RPR de l’époque, Odile Proust, avec qui le courant ne passait pas vraiment. Un doux euphémisme. Elle avait alors demandé ma peau auprès de Jean Allard, qui finalement avait résisté à son aimable et si tendre pression amoureuse!

Il n’était pas alors facile de s’opposer à une élue pour qui la liberté de la presse ne faisait pas vraiment partie de son vocabulaire au quotidien mais aussi et surtout hebdomadaire (davantage pour son idéologie politique) avec un autre titre, hebdomadaire, lui! Dépêchons nous d’en rire, il y a prescription pour les anciens combattants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :