« Platoche », le retour et cocorico havrais!

Bien aiguisé comme un couteau suisse. L’ancienne gloire du football français, Michel Platini, après quatre ans de suspension-purgatoire des instances du football, ce qui l’avait privé de concourir à la présidence de la FIFA, a eu le temps de préparer non pas ses crampons (ce n’est plus de son âge) mais bien ses lames pour son retour sur le terrain. Des prolongations très médiatiques en forme de règlements de comptes. Il n’en a pas fini avec ses anciens amis du ballon rond qui l’ont poignardé dans le dos. Une blessure qui n’est pas prête de cicatriser. Son honneur lavé, Il entend bien en effet effectuer un retour tonitruant pour une « dernière aventure » comme il l’avance. En tout cas il a un supporter de choc, lui aussi président, de la République, celui là. Un vrai groupie de l’ancien artiste du drible, Emmanuel Macron, qui souhaite publiquement son retour. Une intervention comme auditeur surprise d’une émission de radio, qui a tout particulièrement ému aux larmes »Platoche ». S’il court un peu moins vite qu’à ses heures de gloire, l’ancien fils et petit-fils d’immigrés italiens installés en Lorraine, veut à nouveau être un acteur du monde sportif auquel il a tant donné, tant sur le terrain qu’à la tête des plus hautes instances. Cela passera très probablement par une candidature à la présidence de la Fédération française de football pour succéder à son « ami » breton, Noël Le Graët, qui ne lui veut pas que du bien! Il est probable que l’ancien président de l’En-avant Guingamp, lui réservera quelques bons tacles appuyés pour l’empêcher de lui succéder!

Dans cette page sportive on ne manquera pas de vanter les mérites de l’équipe française de tennis, vainqueur surprise de la FED Cup, son troisième trophée dans cette compétition prestgieuse, sur les courts australiens. Chapeau les filles, qui pourtant cette saison, n’avaient été très performantes à titre individuel. Et ce d’autant plus qu’elles affrontaient sur ses terres l’actuelle numéro un mondiale, Barta.

Enfin, chauvinisme oblige, comment de ne pas être fier d’être havrais avec la victoire du skipper de la Porte océane, Charles Dalin, le successeur de l’autre havrais célèbre et si regretté, Paul Vatine, disparu en mer. Il reviendra en héros dans son port d’attache normand après sa victoire au Brésil dans la Transat en double Jacques-Vabre, la nuit dernière, avec Yann Eliès, un vieux loup des mers, vainqueur de plusieurs traversées de l’Atlantique. Voilà de quoi nous faire-un peu-oublier les résultats médiocres du HAC, pourtant entraîné par Paul le Guen, dont les joueurs, après un départ canon, sont en train de voir s’éloigner à l’horizon une montée en ligue 1. Un vrai et triste naufrage, celui là!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :