Anaphore fictif et présidentiel!

Anaphore. Quel bel exercice de style remis au goût du jour par celui qui devait devenir quelques jours plus tard le président normal. François Hollande. Nous sommes en mesure de vous livrer en exclusivité un document du président Emmanuel Macron avant qu’il ne fête aujourd’hui l’arrivée du beaujolais nouveau sur ses terres picardes, où il va nommer François Ruffin, « président » de la citadelle d’Amiens avant son face à face avec les ex-salariés hélas lessivés de Whirpool!

-Moi, réélu président, pour ce qui relève des réels besoins des policiers, je m’engage à leur fournir de nouvelles trottinettes, de meilleurs équipements et des rames de papier pour leurs imprimantes. J’y ajoute l’achat de deux paires de lacets pour leurs chaussures et non pas seulement une comme l’a déclaré perfidement un syndicaliste policier. Pour les cheminots, sur le conseil éclairé de mon ami Philippe Martinez, j’ai prévu un petit train électrique en cadeau. Cela leur rappellera leur enfance! Pas si lointaine avec l’âge qu’ils ont lorsqu’ils partent à la retraite. Et au moins, celui-là, il ne fait jamais grève et arrive à l’heure.

-Moi réélu président, je souhaite être la bonne fée des personnels hospitaliers auxquels je ne cesse de penser. Que l’on arrête de me seriner que l’hôpital est en état de mort cérébrale. Quelle vilaine expression ! Cela ne fait pas partie de mon ADN. Au passage quelle absence de reconnaissance. Ils n’en ont jamais assez ces blouses blanches, vertes, roses et bleues. ils oublient un peu vite ce que m’ont coûté les jaunes. J’en vois vraiment de toutes les couleurs. Un véritable arc-en-ciel « d’emmerdes », vous me permettrez cette vulgarité.

-Moi, réélu président, je vais autoriser à nouveau les expositions de Paul Gauguin, impliqué en 1891 dans une sale affaire de viols de vahinés mineures en Polynésie. J’ai quand même l’impression que l’on a oublié qu’à l’époque la majorité n’était pas à 18 ans. A propos de boycott, je m’interroge sur le bien-fondé de certains d’entre eux. Exemple le film de Roman Polanski, qui, mis au banc des accusés, a fait le meilleur score d’un film français depuis le début de l’année avec 500,000 entrées en première semaine. C’est ce qu’on appelle un appel au boycott réussi! Bravo…

-Moi réélu président, je vais interdire le nitrate dans le jambon dont les effets seraient cancérigènes. Il va falloir qu’ils modifient leur slogan « tout est bon dans le cochon ». Et en plus, c’est prohibé par certaines religions. J’en ai assez de ces querelles sur la laïcité, et j’ose, de cette guerre de clochers, pas toujours alimentaire.

-Moi réélu président, je sors aussi le chéquier pour les petits écoliers à qui vont être offerts des lots de barres chocolatées de la marque Bounty. Ca évitera peut-être d’en faire plus tard de futurs révoltés. Je prends un sérieux risque avec ma ministre de la Santé qui n’aime pas trop ce genre de friandise pour les enfants. Elle ne va pas goûter davantage ma décision de ne pas modifier le taux d’alcoolémie des automobilistes que mon imbécile de ministre de l’Agriculture, qui essaie de se faire un nom avec ses deux prénoms (je ne vise pas là mon Premier ministre) en proposant un taux zéro. Il se croit dans une banque ou quoi ? Il ne trouve pas que j’ai assez de professions dans la rue. J’hallucine. Je ne me prive pas de boire un ou deux verres de vin par jour. J’ai choisi de ne pas conduire. C’est d’autant plus facile, je reconnais, que j’ai un chauffeur.

Déjà que je pense que vais avoir sur le dos les écolos de tous poils qui, une nouvelle fois, vont réclamer l’interdiction de la chasse à courre après le dramatique accident de l’Aisne. Je m’attends à une nouvelle corrida avec les défenseurs des droits des animaux. Déjà que Brigitte ne me peut pas me blairer. Pas ma Brigitte bien sûr, mais la Bardot.

-Moi réélu président, j’accorde enfin le droit d’exil politique à deux migrants célèbres, le prince Andrew, impliqué dans une affaire pas jolie, jolie de viols et sa mère, la reine Elizabeth II, qui, apprend-t-on aurait eu une liaison charnelle avec son éleveur de chevaux royaux. Souvenons-nous des amours de Diana avec son écuyer. Vraiment des porte-poisse ces chevaux anglais. Et quelle pétaudière cette cour d’Angleterre! Qu’ils ne comptent pas sur moi pour transformer néanmoins l’Elysée en Buckingham. My god, quel bordel, ce pays. C’est si paisible chez nous! Une vraie oasis de douceurs en comparaison..

Vive la République, vive la Gaule et ses réfractaires et vive néanmoins la reine d’Angleterre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :