Démocratie bafouée: rendez-vous musclé en terre de retraite inconnue!

Des très grosses vagues. Assurément. Comme l’état de désolation constaté pour une démocratie en partie confisquée et bafouée. Lamentablement. Reste vraiment à savoir si le tsunami tant attendu était bien à ce rendez-vous en retraite inconnue. Des centaines de milliers de manifestants de toute évidence à Paris (250.000 selon le plus haut avec la CGT) et dans les principales villes de l’hexagone, théâtre d’une violence hélas!ordinaire comme à Nantes et surtout dans la capitale où nombre d’interpellations ont été effectuées par les forces de l’ordre et des dégâts provoqués par les professionnels de la casse. Livrés aux pires excès dans une violence difficilement canalisée une fois encore. Volée de projectiles sur les forces de l’ordre avec des explosions de joie des gentils manifestants à la vue des véhicules brûlés et magasins endommagés. Les ultras, saboteurs en chef de la démocratie sociale, ne pouvaient pas manquer d’être les acteurs majeurs de ce spectacle de désolation. Principalement à la hauteur de la place de la République. Comme au mauvais temps des Gilets jaunes à la même époque, l’année dernière. Du radicalisé, en veux-tu en voilà. Du noir, du très noir. Pas tous « cassés » par la pénibilité du travail à moins de quarante ans comme certains témoignages pouvaient le laisser supposer les plus irréductibles. C’est fou ce que l’on peut retrouver des forces lorsqu’il s’agit de commettre pour certains d’entre eux le pire. Une minorité agissant en toute impunité. Où presque. Toujours la peur de la bavure irréversible.

Une fois encore, le pouvoir et les forces syndicales vont se battre à coups de chiffres, aussi discutables les uns que les autres, se déchirer à pleines dents en s’envoyant des contre-vérités pitoyables. Des slogans et des témoignages délirants. « On a gagné, on a gagné », chacun bien sûr se jetant à la face la responsabilité de ces débordements répétitifs et scandaleux. Un désordre inacceptable, n’en déplaise à certains commentateurs. Avec l’appui d’une « médiasphère » trop heureuse d’allumer le feu avant et surtout de ne pas l’éteindre pendant! Quelles belles images avec cette « convergence des luttes » tellement télégénique…Pour une mobilisation certes forte qui toujours selon les premiers chiffres (notamment ceux de la grève suivie par 26 % des agents publics) ne ressemble tout de même pas à un raz de marée historique. Tout comme celui du nombre des manifestants dans les rues. Une marche au ralenti forcé avec les incidents survenus sur le cours du trajet avant un plus gros galop à l’allure dévastatrice ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :