Municipales: une campagne au raz du bitume et des vitrines…et rififi et « Loulou »au pays des chaumières!

Ca sent bon le raz du bitume en ce début d’année du côté d’Evreux, où la permanence du macroniste, Guillaume Rouger, a été maculée de slogans peu désirables. Ce qui va s’ajouter à la liste des plaintes enregistrées ou promises depuis le début de la campagne. A la fois sur la vitrine d’un ancien commerce et au sol avec des inscriptions des plus ragoûtantes dont sont hélas de plus en plus victimes les candidats du parti du président. Sur les bords de l’Iton et ailleurs en France, où des abrutis « s’amusent » à jouer de la peinture pour faire des parallèles avec un autre temps en traitant le chef de l’Etat et ses troupes de nazis. Des attaques abjectes très répandues sur la toile où l’un des opérateurs se montre très prude sur des photos soient disant choquantes mais tellement bienveillant sur les écrits délirants et tout aussi abjects. On ne parlera même pas de l’orthographe très approximative (un doux euphémisme) d’un très grand nombre de ces « décérébrés » qui sous couvert d’anonymat le plus souvent, se lâchent dans le lynchage et l’insulte. Mais c’est là un tout autre sujet.

A propos de vitrines, commerciales celles-là, le ton vient de monter entre l’élu d’opposition PS et candidat aux municipales Timour Veyri et la municipalité. Vidéo à l’appui, le leader de la liste « Evreux ensemble »…mais sans Guy Lefrand, tout de même, se désole du nombre sans cesse croissant de fonds de commerce fermés en ville. Il en décompte plus d’une centaine, soit un taux de vacance de l’ordre de 24 %, alors que le mairie n’en voit que 38 pour un taux de 8,3 % inférieur à la moyenne nationale. Comme quoi il n’y a pas que dans les manifestations, où l’on a bien du mal à accorder ses violons. On ne saurait qu’encourager les futurs électeurs à les départager, non pas à rejoindre forcément les…marcheurs, ne nous méprenons pas, mais bien en faisant leurs propres comptes. C’est toujours bon de marcher! On y découvre plein de choses au ras du sol! Et pas heureusement que des immondes inscriptions bourrées de fautes. Mais n’est pas germaniste qui veut…

Ca sent bon aussi le bon règlement de comptes et une bonne vieille histoire de Clochemerle au pays des chaumières, dans le charmant village d’Aiziers au bord de la Seine, en plein Roumois. Où le maire, aussi président de la communauté de communes et vice-président du conseil départemental, Benoît Gatinet, se trouve au cœur d’une affaire qui pourrait intéresser la justice. Toujours est-il qu’un corbeau ou plusieurs ont survolé les…méandres et boucles de la Seine avec dans leur bec un beau fromage appelé un possible délit de prise illégale d’intérêts. Et ce dans la mesure où l’intéressé, depuis plusieurs années est en guerre, entre autres, avec l’une de ses administrées, propriétaire d’un gîte sur le territoire de sa commune. Administrateur de la société de construction Gueudry, Benoît Gatinet, a fait voter par son conseil une délibération au profit du même constructeur pour le réaménagement d’un vieux bâtiment communal en restaurant. D’où un conflit remontant à plus de deux ans! La coïncidence veut aussi que l’on prête des intentions au maire d’Aiziers d’envisager d’aller voir plus grand en mars prochain et de lorgner sur le chef-lieu, Bourg-Achard. avec les encouragements e l’appui de l’homme fort du département de l’Eure, le ministre, Sébastien Lecornu. Une façon de quitter la Seine, pour une autre scène politique, en voguant vers un autre objectif! Affaire à a suivre, aussi!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :