En marge des municipales: un producteur télé (proche du président Macron) à la tête de « Paris-Normandie »

C’est fait depuis les dernières étrennes de fin d’année. Le producteur de plusieurs émissions à succès des chaînes publiques « C’est à vous » « Les carnets de Julie » Pierre-Antoine Capton, s’est emparé du quotidien normand « Paris-Normandie » un « canard » hélas bien déplumé depuis de nombreuses années et repris il y a trois ans par l’entrepreneur rouennais (mais d’origine havraise!) Jean-Louis Louvel. Celui qui s’est fait aussi un nom dans le sport et plus particulièrement dans le rugby avait promis qu’il se désengagerait le plus rapidement possible dans la mesure où il se lançait dans la politique en se portant candidat à la mairie de Rouen. Elections municipales où il a reçu le soutien à la fois de LaREM et des Républicains. Sans les réclamer. Ce qui est toujours mieux. La transaction s’est finalisée fin décembre avec le patron de la maison de production de télé « Le 3 e œil », un normand lui aussi puisque originaire de Trouville-sur-Mer, auteur d’un documentaire très remarqué sur la campagne d’une personnalité que l’on dit proche, pas totalement inconnue puisqu’il s’agissait du futur vainqueur de la présidentielle en 2017, Emmanuel Macron.

L’ancien propriétaire qui conservera (néanmoins avec ses 5 % d’actions) un œil sur le journal dont les dettes (certes en baisse) restent significatives à hauteur de 7 millions d’euros) a vendu ses parts pour un euro symbolique et dit avoir fait le meilleur choix pour la préservation des emplois au sein de l’ancien titre de l’empire Hersant dont le diffusion a été divisée par trois en l’espace de trente ans! Un chiffre bien cruel dans un monde de la presse écrite en plein marasme depuis des années

Le nouveau « boss » présentera son projet de reprise au comité social et économique du quotidien mercredi prochain. Quel accueil y recevra-il notamment du côté de la rédaction ? Qui ne va pas manquer de travail à l’occasion d’un scrutin municipal indécis avec un favori à gauche…le « vert » Jean-Michel Bérégovoy, et à droite et au centre, Jean-Louis Louvel, qui devra néanmoins se débarrasser de deux dissidents UDI avec la jeune Marine Caron (qu’a-t-elle à gagner dans cette périlleuse aventure ?) et Républicain, Jean-François Bures, largement vaincu en 2014 à ces mêmes municipales (qui ne manque pas d’expérience en terme de défaites électorales) tellement déçus de ne pas avoir reçu les investitures de leur parti respectif. Qui n’auront qu’un objectif au final: faire perdre leurs couleurs au profit peut-être de la liste verte, donnée en tête au premier tour lors d’un sondage effectué avant le drame de Lubrizol! Un séisme dans l’ancienne ville de Jean Lecanuet et jardin chéri et protégé de la « Fabiuserie » dont le dernier héritier, l’ancien président de la Région Haute-Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol, pourrait mordre la poussière dès le premier tour. Ce qui serait un véritable cataclysme politique pour le Parti socialiste dans la métropole rouennaise. Il lui sera alors difficile de conserver dans cette hypothèse…même si plusieurs bastions de gauche devraient résister dans les anciennes banlieues rouges et roses…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :