La dictature en boucle du portable et des pseudos « journalistes »!

Tout le monde filme tout le monde et au final la politique de la dictature en boucle du portable et des pseudos journalistes bat son plein de trop-plein. On en veut encore pour preuve ce week-end l’overdose de deux principales images: celle d’un « journaliste » d’un site militant, invitant les manifestants à venir…chercher le chef de l’Etat dans un théâtre parisien et toujours à Paris, le véritable tournage d’une scène de violence d’un policier en marge d’une manifestation, samedi

Attardons-vous quelques instants sur la conscience professionnelle de ce « journaliste », ou prétendu tel, qui apprenant la présence d’Emmanuel Macron, réussit à se trouver une place à la dernière minute et alerte tous ses copains militants pour venir saluer gentiment le « chef » sans attendre que le rideau ne se baisse sur la scène! Quand on aime, on attend pas! Ce même militant-journaliste amateur entre autres de fake-news anti-flics et tweets antisémites, travaillant pour le site « là bas si j’y suis » (tout un programme!) décidément bien chanceux et au flair de journaliste indéniable, s’était par le plus grand des hasards retrouvé le 1 er mai 2018 sur la place de la Contrescarpe pour filmer-déjà-les « exploits » du sieur Benalla. Bête noire d’un syndicat de police bien marqué à droite, ce jeune d’une vingtaine d’années, à l’avenir prometteur, s’est déjà illustré en se rebellant face aux forces de l’ordre. Que précédemment il traita de « grosses merdes » devant les grilles de la fac de Tolbiac où il tentait de pénétrer.

Au nombre de ses coups d’éclat, peut-on oublier, entre autres, son tweet contre ces « pouilleux de caricaturistes de Charlie-Hebdo qui vont bientôt cesser d’être » envoyé quatre ans après le carnage de la rédaction et sa diatribe à l’encontre de Benoît Hamon, un dangereux…homme de droite (cela a dû nous échapper) « heureux de se goinfrer de…petits fours au traditionnel dîner du CRIF. Il s’agissait probablement d’un humour de journaliste « correzien » à la sauce de Papa Le Pen à ses grandes heures!

Au titre de ses faits de gloire il réussit aussi, lors d’une récente confrontation musclée, de saisir les prénoms et noms de ses policiers « agresseurs » et fait plus grave les « balancer » à la vindicte de possibles représailles. Il semblerait d’ailleurs que ses « victimes » en aient fait de même (ce qui est tout aussi inadmissible) en diffusant l’adresse de ses parents. Dans la banlieue de Grenoble, où le même homme, d’origine algérienne, de plus en plus radicalisé (il fut l’un des initiateurs en novembre dernier de la marche contre l’islamophobie) se présenta aux législatives en 2017, investi par les Insoumis, où il obtint 11 % des suffrages. Un score honorable.

Que dire aussi de la violence présumée d’un policier à l’encontre d’un manifestant le visage dissimulé -ce qui est désormais interdit-et lanceur de bouteilles ressemblant à des cocktails molotov, qui refusant de se soumettre s’en prend au policier qui tente de le maitriser au sol. Ce que les images d’une vidéo tournant en boucle vont immortaliser pour la plus grande honte bien des « salauds de flics ». Comme toujours les images sont tronquées et ne mettent en évidence que les violences commises sur les pauvres manifestants. De simples et gentils badauds pris dans l’enfer de la baston. Le même syndicat de police est passé à l’attaque en donnant une version toute autre en mettant l’accent sur l’attitude du blessé, coupable de coups, qui, à deux reprises, fit gicler du sang de sa bouche volontairement sur le policier en clamant « j’ai le sida, je vais crever et toi avec ». Quelques mots très forts avant que le rebelle ne soit définitivement menotté et secouru par les pompiers répondant à l’appel du policier concerné. La traditionnelle histoire de version contre version.

Les clowns tristes et dangereux de la Révolution qui a appellent de plus en plus à décapiter notre monarque (ils n’en ont rien à foutre pour un grand nombre d’entre eux de la réforme de la retraite) ont encore de beaux jours devant eux. Pour le plus grand bonheur des nouveaux photographes et vidéastes, tristes héros de notre époque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :