Municipales: les boutons de "Doudou"…et un inédit crépage de chignons!

« Doudou » est remonté sur le ring. Pour ne pas finir dans les cordes. Et rien ne vaut une longue déambulation dans les rues de sa ville. La grisaille est là et le climat humide. Mais pas vraiment la chaleur de l’accueil qui lui est très majoritairement favorable. Poignées de mains, bises, selfies, retrouvailles avec des têtes connues et inconnues. Encore que pour beaucoup de ses anciens administrés on ne peut pas vraiment parler de retour d’une ile déserte ou de…l’enfer de Matignon, terme employé par nombre de ses prédécesseurs mais qu’il réfute, lui. La meilleure preuve n’est-t-elle pas qu’il n’ait pas l’intention de quitter de son plein gré son poste. En attendant « Doudou » laboure le terrain en ville basse. Méthodique. Et en équipe. Une machine bien huilée avec comme directeur de campagne, l’actuel adjoint aux sports, Sébastien Tasserie. Sa cible privilégiée: les petits commerces. Là aussi des têtes familières. Chagrines comme le temps pour un certain nombre d’entre elles, car les « affaires » ne sont pas faciles en ces temps troublés. Et également des rencontres touchantes comme celle avec le fils d’un vieux militant communiste décédé qui lui offre la paire de boutons de manchettes que portait son papa. Un cadeau symbole. De quoi compléter une collection déjà bien riche ou encore ces quelques mots échangés avec un autre supporter de gauche. Fidèle à ses couleurs lorsqu’il s’agit d’un scrutin national mais qui pour les municipales, depuis Antoine Rufenacht, vote à droite aux municipales. Une évidence pour nombre de personnes croisées au détour des rues et le soir au centre hospitalier Jacques-Monod avec des équipes de blouses blanches. Rien ne vaut davantage que le contact avec une France en souffrance. Au Havre comme ailleurs. Demain ce sera le dur retour à la réalité du quotidien de Matignon où les urgences ne manquent pas.

Plus loin, sur l’Atlantique, un combat toujours municipal, dans une des villes rebelles où la violence sociale a été la plus perceptible, on va assister à un match insolite. Une grande première. Avec un crépage de chignon très intense entre les six têtes de listes. Toutes féminines. N’ont-ils pas de la chance les électeurs et électrices de Nantes avec cette affiche originale ? Les unes et les autres et ce quel que soit leur appartenance jouent en priorité la carte du « vert ». Nos femmes lavent plus vert que vert, pas très loin de…Notre-Dame-des-Landes et sa trop « fameuse » ZAD!

Le duel s’annonce sévère surtout entre la rose Johanna Rolland, maire sortante et l’une de ses adjointes, une écolo du cru au pays du muscadet, alors que la candidate LaREM, conseillère régionale, privilégie les atouts de la Loire, avec l’espoir bien sûr de ne pas y prendre le bouillon! Il lui appartiendra de mouiller le maillot, alors que la température de l’eau y est encore fraiche! Tout l’inverse de la température ambiante dans une métropole régionale à l’esprit éruptif!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :