Municipales: Très peu courageux mais encore moins suicidaires au Havre!

C’est à la fois assez cocasse et pitoyable. En quelque sorte…un « en même temps » à la sauce Républicaine parisienne. Comme nous le rapportions hier, la direction des investitures du parti présidé par Christian Jacob, a décidé de refuser en effet de soutenir la liste menée par Edouard Philippe et son maire, Jean-Baptiste Gastinne, loin d’être, si l’on ose dire, un républicain « défroqué ». Ce n’est pas vraiment le genre de la maison surtout que la « statue du commandeur » Antoine Rufenacht, le tombeur de la gauche communiste et celui qui a adoubé en 2010, l’actuel locataire de Matignon, veille au bon grain!

Le grand courage de la rue de Vaugirard (le siège de la maison républicaine à Paris) n’a pas été jusqu’à, tout de même (comme heureusement à Tourcoing avec l’un de ses anciens, Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics) présenter une liste concurrente. Les suicides collectifs ne concernent a priori que les groupes d’illuminés à caractère sectaire Outre-Atlantique. Ce qui n’empêche pas quelques cadres de ce même parti, pour le moins sectaires, de regretter que ces deux figures de proue (quoi de plus logique au Havre mais un peu moins dans le Nord) aient été épargnés par la sanction suprême.

Avec quelles têtes d’affiche et troupes Les Républicains auraient-ils pu batailler contre leurs amis d’hier ? Même en accueillant, le cas échéant, mais tellement peu probable des élus sortants et sortis (il y en aura forcément des déçus avec une liste renouvelée et rendue publique d’ici à une quinzaine de jours) le compte n’y était pas. Et ne le sera pas dans les jours à venir. Les militants et sympathisants, dont le rôle est essentiel dans une campagne électorale, n’auraient évidemment pas suivi les ordres et le… désordre lancés par la rue de Vaugirard. Sans parler des frais inimaginables qu’auraient dû supporter les « suicidaires » pour louer un local pour leur permanence, même si une…chambre de bonne (ce qui n’a rien de péjoratif) aurait été largement suffisante en la circonstance. Bon joueur, Jean-Paul Lecoq, la tête de liste communiste, aurait même été jusqu’à accorder une sous-location d’une partie de son local de campagne, pour abriter de pauvres migrants républicains anti-Philippe. C’est quand même beau la solidarité en politique…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :