Municipales: Des boulettes gênantes pour la campagne en ville et un ministre en soutien à Evreux!

Pire au niveau de l’image (bien sûr) que les marées noires et tempêtes en Bretagne au siècle dernier! Les boulettes s’accumulent autour des rivages de l’Elysée. Cerné de toutes parts par des eaux très bouillonnantes… Et qui n’a pas trouvé mieux que d’annoncer ingénument que les ministres candidats, même battus aux municipales, pourraient rester au gouvernement. Une nouvelle jurisprudence aussi ridicule d’une façon paradoxale que la précédente. Chaque cas étant particulier. Souvenons nous qu’Alain Juppé, entre autres, à peine nommé, avait dû sortir du gouvernement Fillon pour cause de défaite aux législatives dans sa ville. L’ancien chef du premier gouvernement Chirac partage d’ailleurs avec ses « collègues » Premier ministre alors en poste, Jacques Chaban-Delmas, Pierre Mauroy et Michel Rocard, la satisfaction d’avoir été un maire reconduit dans ses fonctions.

Il n’en demeure pas moins que cette nouvelle erreur présidentielle complète une quinzaine déjà assez désastreuse avec un orchestre symphonique de couacs détonnant. Comment imaginer en particulier que le Premier ministre, Edouard Philippe (présent aujourd’hui dans sa ville de cœur où l’accueil a été majoritairement chaleureux dans les quartiers sillonnés du centre et sud, pour battre campagne auprès de ses administrés), pourrait ainsi accepter de rester à Matignon en cas d’échec (toujours possible hélas même si tous ses prédécesseurs à Matignon ont toujours gagné) au Havre ? Où il a beaucoup plus à craindre en tant que numéro un du gouvernement qu’en tant qu’ancien maire reconnu pour son bilan qu’il partage bien évidemment avec toute son équipe. Il en va de même pour les membres de son équipe parisienne, Sébastien Lecornu à Vernon, Franck Riester, ministre de la culture au pays du fromage Coulommiers, Gérald Darmanin, à Tourcoing et Marc Fesneau dans une grosse bourgade du Loir-et-Cher, considérés comme favoris du scrutin municipal sur leurs terres d’élection. On ne parle même pas de la situation parisienne où plusieurs ministres vont aussi en découdre en seconde ligne, donc moins exposés. Il n’empêche: cette nouvelle jurisprudence élyséenne fait tâche dans un contexte déjà assez difficile pour les troupes du président Macron.

On notera pour la petite histoire qu’un autre ministre se trouvait en déplacement en Normandie, ce vendredi et plus précisément à Evreux où Marc Fesneau était en renfort pour soutenir la liste des marcheurs et Agir contre…l’équipe du maire sortant, Guy Lefrand, un républicain auquel sont restés solidaires et fidèles tous ses colistiers sortants issus du MoDEM! L’ambiance électorale va être sympa au sein de la famille démocrate de François Bayrou au lendemain du scrutin de mars!

Pour en revenir au national, c’est tout juste si le chef de l’Etat, dans ce concert de bourdes répétées, ne va pas être accusé dans les prochains jours, à travers, si l’on peut dire sa ministre des Sports, l’ancienne nageuse pourtant plutôt pertinente dans le dossier délicat de la patineuse victime de viols de son entraîneur, du pire dans cette affaire qui remonte à une époque où il n’était encore qu’en culottes courtes. Tout est possible dans ce monde de fous qui dépasse l’entendement. Il faut reconnaître que le pouvoir en place à travers l’Elysée et plusieurs de ses ministres et députés, donnent de leur personne pour se faire battre et faciliter cette incurie politique. Qui ne fait, au fil des semaines, que décevoir, voire même écoeurer un électorat de droite qui pourtant se satisfaisait jusqu’à peu de cette valeur refuge avec une droite républicaine à la boussole détraquée.

Il ne faut tout de même pas pousser le bouchon trop loin! Un bouchon que l’exécutif serait à même de faire sauter à minima si les ministres concernés sortaient déjà vainqueurs du scrutin. C’est dire si l’évolution n’est pas des plus flatteuses alors qu’avant l’affaire Benalla et surtout la crise des Gilets jaunes, on pouvait légitimement imaginer pour LaREM une victoire capitale à Paris. Nous en sommes bien loin aujourd’hui. Les partisans du chef de l’Etat devront se satisfaire a priori d’un tableau de chasse beaucoup plus mince!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :