Ran tan Plan les « grandes oreilles » sorti de la naphtaline!

Ca sent un peu la naphtaline…ce nouveau « machin » remis au gout du jour par le chef de l’Etat. Celui qui souffle et parfois siffle dans les oreilles du Président et pas seulement en « visiteur du soir » a gagné son pari de revenir au premier Plan. Celui de penser la France d’après-demain avec ce poste prestigieux jadis occupé par l’un des pères de l’Europe, sous le général de Gaulle, Jean Monnet. L’homme du MoDEM et maire de Pau, ne retourne pas à la capitale pour se …gaver puisqu’il occupera cette fonction équivalente à celle de ministre après avoir refusé toute indemnité sonnante et trébuchante. Cela ne l’empêchera pas néanmoins de loger dans l’un des palais de la République des plus confortables, l’hôtel de Cassini dans le 7 e arrondissement de Paris et surtout d’occuper une centaine de collaborateurs de façon intelligente. Souhaitons-le. L’intéressé n’en manque pas. Il pourra aussi phosphorer avec ses troupes de hauts fonctionnaires dans le magnifique parc de 5.000 mères carrés attenant à son pied à terre. Certes la chaine de ses chères montagnes n’apparaîtra pas à ses fenêtres mais il se consolera très vite. A l’idée de poursuivre sa mission évangélique à la mairie de Pau. Son Elysée à lui. Son graal.

On peut bien se moquer de lui mais le bonhomme, tout de même, n’a jamais autant pesé avec ses quarante députés, un groupe d’une grande fidélité à l’égard d’Emmanuel Macron. Lui que l’on peint et repeint régulièrement en ignoble traitre. N’est-ce pas Nicolas Sarkozy et tant d’autres républicains? Mais « Sarko » ne fut-t-il pas « un peu » responsable de sa défaite ? C’est d’ailleurs assez amusant car le mot traitre est souvent employé par le même François Bayrou à l’égard de ses anciens proches centristes, qui les uns après les autres après sa retraite de Russie à la sauce béarnaise l’ont abandonné en rase campagne. N’est-ce pas Hervé Morin, avec qui le dénominateur commun et l’un des seuls reste sa passion pour les chevaux. Et dire qu’il était considéré comme un tocard, sinon rien, après ses deux défaites aux présidentielles. Surtout la seconde car la première fut un incontestable succès avec ses 17 %, et prélude à la création de son parti. Le seul député MoDEM qui lui restait au début du règne d’un autre François, dit « Le normal » et ami de toujours, Jean Lassalle, prit aussi la poudre d’escampette. Un vrai désert qui aujourd’hui s’est transformé en petite cour du monarque de l’Elysée qui n’a pu plus de majorité absolue au Parlement sans le soutien des députés de son mouvement. Un groupe resté toujours fidèle depuis trois ans à Emmanuel Macron et ses deux Premiers ministres. On ne peut pas en dire autant pour une bonne vingtaine de députés macronistes partis voir si l’herbe était plus grasse et belle ailleurs. Des députés essentiellement marqués à gauche. Et l’hémorragie (deux députés LaREM viennent de rejoindre le MoDEM) risque de ne pas s’arrêter. Surtout après l’élection très serrée entre l’ancien député socialiste et ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner et la droitière, Aurore Bergé, ancien soutien d’Alain Juppé et de Nicolas Sarkozy, pour la présidence du groupe présidentiel à l’Assemblée. Le premier l’emportant d’une courte tête (145 voix à 120). C’est dire si « Casta » ne va pas avoir la tâche facile pour remettre en ordre un mouvement en crise!

De l’autre côté de l’échiquier politique avec les « verts pastèques » on ne manquera probablement pas de source d’inspiration future avec les nouveaux maires idéologues, notamment ceux de Bordeaux et de Lyon. Le dernier, un illustre inconnu jusqu’au au mois de juin dernier, vient de se surpasser dans la bêtise affligeante en attaquant à son tour (après la maire socialiste de Rennes socialiste refusant le départ de la Grande boucle l’année prochaine) à un Tour de France « machiste et polluant ». Tout est bon chez certains sectaires invétérés qui de toute évidence ne supportent pas la popularité de cette épreuve et en résumé les gagnants et les héros. On verra si le nouveau magistrat de la cité des Gaules honorera de sa présence l’arrivée d’étape, samedi, dans sa ville. Ce qui paraîtrait surprenant… Tout comme l’absence de la maire de Paris, Anne Hidalgo, sur les Champs Elysées dans dix jours! Il ne manquerait plus que la reine de la « petite reine » parisienne boude à son tour!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :