Quel cirque et pas seulement animalier!

Le président Macron est très grognon. Voire très colère. Et pas seulement pour rappeler à l’ordre sévèrement les dirigeants politiques du Liban et de la Biélorussie! Il n’a pas aimé les indiscrétions sorties lors de la tenue du Conseil de défense « bien de chez nous » consacré à la crise pandémique. C’est vrai que cela fait tout de même désordre que les délibérations d’une telle réunion sortent en grand nombre dans la presse. Et il cherche activement ou…fait chercher la taupe qui a osé « balancer ». Le nombre restreint de participants devrait l’y aider. Le vilain coupable va passer un sale quart d’heure! Il va y avoir de poil de tiré. « Gare au gorille », chantait Brassens.

Son gouvernement lui est passé à la vitesse supérieure en terme de…lourdeur animale en décidant, non pas d’éradiquer les taupes, mais bien de s’attaquer à du plus gros gibier de potence issu des cirques itinérants. En l’occurrence fauves, éléphants et autres animaux sauvages. Les magiciens pourront toujours sortir un lapin de leur poche ou chapeau tout comme les chiens savants parader sur la sciure de la piste! Ouf, la France est sauvée! Bientôt finis les numéros de lions et tigres dans des cercles enflammés sur la piste. Adieu les silhouettes graciles des pachydermes. Les étoiles à belles pelures ne brilleront plus. La souffrance animale a été vaincue! De qui se moque-t-on avec ce nouvel et futur interdit ? N’existe-t-il pas de dossiers autrement plus prioritaires avec cette crise économique et pandémique que de faire plaisir à plusieurs lobbies et à la mouvance écolo en ruinant une nouvelle profession du spectacle. On n’a que le mot interdit dans la bouche. Et c’est encore à coups de millions que l’Etat, bon prince généreux va essayer de compenser cette décision. Interdits et compensations financières font assurément bon ménage. Pour notre plus grand malheur. C’est vrai aussi que la fermeture des…quatre élevages de visons sur le territoire national va bouleverser la face du monde. Ca fait déjà un bail que pour les mêmes raisons, les fourreurs ont baissé pour beaucoup d’entre eux pavillon. La fourrure ne fait plus recette depuis longtemps. Brigitte Bardot est aussi passée par là. Avec un réel succès. Que l’on veuille ou non. Et là il n’est plus également question de bébés phoques mais des orques et dauphins dans les trois ou quatre hauts lieux touristiques comme celui d’Antibes censé perdre l’une de leurs attractions majeures. Certes, il ne s’agit que d’interdictions symboliques mais vont-t-elles pour autant masquer des sujets autrement plus graves ? Mais l’essentiel n’est-il pas que les fauconniers puissent encore exercer leur talent au Grand parcours du Puy-du-Fou, Une nouvelle guerre de Vendée a de toute évidence été évitée. Mieux vaut en rire. Philippe de Villiers ne sera pas être contraint a priori de retourner dans l’arène avec ses gladiateurs.

Comme de cet autre grand cirque à l’échelle planétaire avec le premier round du débat présidentiel américain entre les deux représentants de la médiocrité. Le champion, Donald Trump et son challenger, Joe Biden. Du lourd, du très lourd sur le ring. Ca a volé bien bas. Très bas dans l’invective et insulte. Un match vraiment nul entre deux grossiers personnages. Le sortant a peut-être reçu un uppercut au visage avec cette…gauche de Biden, « tu vas la fermer, mon gars ». Il répondait à l’un des crochets du champion en titre: « il n’y a rien d’intelligent chez vous ». Tranquille comme Baptiste. Pouvait-on s’attendre à une autre issue avec de tels…clowns, même s’il semble que le challenger a marqué des points en…ne s’effondrant pas (comme certains de son camp le craignaient) face au cogneur Donald. Un autre canard « boiteux » qui, en raison des insuffisances de son adversaire, risque d’en reprendre pour quatre ans. Quatre ans fermes supplémentaires pour le plus grand malheur des States et le reste du monde. Ca fait froid dans le dos!

Comme le nouvel organigramme du Parti présidentiel mais là plutôt pour le rire, sorti de l’élection du nouveau président du groupe à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner. Ses deux rivales malheureuses, Aurore Berger et Coralie Dubost, ont été désignées présidentes déléguées et le troisième larron, battu, François de Rugy, aura en charge l’animation politique. Cette belle armée en ordre de bataille pour les futures échéances électorales s’est même dotée d’un vice-président en charge de « la coordination des coordinateurs ». Il fallait le trouver celui-là! Bienvenue au « bar des amis » de Sibeth, l’ancienne porte-parole du gouvernement revenue au bercail. Pourvu qu’un aigri ne vienne pas aussi l’ouvrir en employant le style de Joe l’américain. Déjà qu’il y a assez de menaces sur les bars… »Il est interdit d’interdire » lançait avec son humour décapant Jean Yanne, sur les ondes de RTL, pendant les événements de mai 68. Un aphorisme ou boutade moqueuse que l’on peut de plus en plus reprendre à son compte mais pas pour les mêmes raisons!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :