Mort de rire ou plutôt d’en pleurer: ni fait, ni à faire mais surtout à refaire et… quelques plumes ?

« C’est pas moi, c’est lui ». A qui le mistigri ? Au pays de Kafka. Mort de rire avant d’en pleurer. Mdr comme le ponctuent souvent les habitués des réseaux sociaux sur la Toile! Nous ignorions toutes et tous que le gouvernement, en toute hâte, avait institué une journée spéciale « grande déconnade » Qui aurait une tendance fâcheuse à trop se répéter. Ah cette fameuse attestation de sortie elle en aura fait couler de l’encre en cette journée de reconfinement pour 21 millions de nos compatriotes. Un roc d’impréparation, un pic de désespérance et une péninsule d’absurdité et de cafouillages! Pour reprendre la célèbre tirade de Cyrano légèrement revue et corrigée. C’est peu dire que les français l’on eu dans le nez ce document administratif de deux pages très vite remplacé. Un monument dans le registre déjà bien chargé de ratés! Il fallait au moins être sorti de l’ENA pour comprendre ce chez d’oeuvre de l’administration. Comment le Premier ministre a-t-il pu imaginer que ça passerait comme une lettre à la poste, de proposer, pardon d’imposer, une attestation obligatoire pour pouvoir circuler librement pour les petits déplacements jusqu’à 19 heures ? Trop fort. Du cousu main au fil d’or. Un travail d’orfèvre. Emmanuel Macron pouvait être « très colère » hier en début de matinée. Mais trop tard une nouvelle fois. Le mal était fait. Hallucinant. Manu, tu vas vraiment être contraint d’ajouter une nouvelle corde à ton arc (pas seulement pour tirer) sur l’homme de « Cro-Matignon » et ses conseillers. Encore que ? Il va être probablement contraint de tout relire avant de délivrer le bon à tirer…Une réédition des fameux « Que sais-je » sur les attestations qui rappellent des souvenirs à des générations d’étudiants, s’impose.

A propos de cordes, comment ne pas rire jaune non plus devant les interdits imposés par ceux qui nous gouvernent dans le domaine des commerces de proximité. Ainsi est-il possible, pour l’exemple, de changer une corde à son violon mais pas celui de sa raquette de tennis. Et nos amis à quatre pattes (pardon pour les canaris) privés de toilettage pendant un mois mais heureusement pas de leurs croquettes (il ne manquerait plus que de les affamer!) alors que les coiffeurs restent ouverts. Et les épilements de maillot dans les salons d’esthétique ou en règle générale règne une certaine intimité! Enfin a priori. Je ne suis pas un grand connaisseur. Ce qui fait dire au patron d’une franchise d’une centaine de magasins spécialisés dans le sourcil: « les coiffeurs peuvent ouvrir et pas nous. Il faut donc mieux avoir des poils poussant sur la tête qu’ailleurs! » Et que dire avec les cordonniers et les chausseurs ? Les premiers sont visiblement mieux chaussés. Tout fout le camp!

Qu’ajouter de plus dans ce monde kafkaïen et du grand n’importe quoi. Si ça continue les boutiques de vêtements et de prêt-à-porter resteront parmi les dernières à baisser pavillon. On va vraiment se retrouver…à poil . Comme une vulgaire Corinne Masiero alias « Capitaine Marleau » sur la scène de l’Olympia. Et en plus avec le risque de se choper un délit pour exhibitionnisme. Je supplie la bienheureuse Première dame de l’Elysée, qui j’espère, a pu refaire sa garde-robe à temps, d’intervenir auprès de son président de mari. Brigitte nous comptons sur vous. Et surtout nos commerçants et commerçantes non essentiels de vêtements qui sont dans de sales draps avec toutes ces fermetures successives!

Hors confinement et mise sous cloche (encore que l’on peut se poser des questions) il est un feuilleton qui risque de captiver les afficionados de la vie politique dans les prochaines semaines: celui du soutien du maire du Havre à la liste macroniste aux prochaines Régionales. Qui continue toujours de faire du bruit en coulisses dans…un silence assourdissant du monde médiatique peu curieux. Peut-être en ont-ils parlé lors d’un dîner en duo, au dessert, avec le chef de l’état à l’Elysée le 9 mars dernier ? Le sénateur de l’Eure et toujours conseiller régional, Hervé Maurey, que j’ai interrogé non pas sur le menu élyséen, se dit ne pas « être surpris plus que cela » de cette décision. « Nous n’attendions pas forcément à ce qu’il nous soutienne mais nous n’imaginions pas pour autant qu’il franchisse le pas. Je comprends l’amertume de ses amis politiques de droite et du centre. Ou plutôt anciens pour certains. Je suis bien placé dans l’Eure pour savoir que hors d’En Marche, point de salut. Sébastien Lecornu y règne en maître absolu. Ce n’est pas forcément du goût de tous. Son résultat des sénatoriales devrait le ramener à moins de suffisance » avant de lancer non sans humour: « il y a trois ans au Sénat, sans esprit partisan, nous avions tendu la main. En vain. Et on attrapé des crampes à force d’attendre ». Edouard Philippe a fait son choix et franchit le pas. On ne l’imagine pas toutefois faire beaucoup campagne. Sa position est extrêmement compliquée, c’est un bon soldat de la Macronnie » relève encore le parlementaire avec un soupçon de pointe d’ironie. « Il va probablement y laisser des plumes ». On ne pouvait pas non plus imaginer que Edouard Philippe, comme le pensent les « philippistes » toujours convaincus et toujours purs et durs « embrasseraient » celui, le « Duc de Normandie », Hervé Morin, qui pendant trois ans, pendant toute la gouvernance de l’ancien Premier ministre à Matignon, a régulièrement attaqué le gouvernement et son chef! C’est pas faux non plus…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :