Records battus: heureusement que le ridicule ne tue pas!

Record battu. Et là il ne s’agit pas du nombre de cas de contaminations ! Mais bien d’une histoire de drapeau et de médaille. 1 er janvier et deux premières polémiques déjà au compteur pour le chef de l’Etat. Les oppositions sont en forme olympique et déjà au taquet. Probablement encore sous les effets euphorisants des festivités de la veille. Il faut reconnaître que…dans le domaine de la provocation assumée« Manu 1 er » il fait fort…

Il flottait hier en effet comme un parfum de scandale sous l’Arc de Triomphe. Imaginez: un drapeau étoilé, non pas celui d’outre-Atlantique (les GI de Biden n’ont pas débarqué de nuit) mais de l’Europe. Marine Le Pen dégaine la première, suivie dans la journée évidemment par Monsieur Z et à un degré moindre par Valérie Pécresse qui , visiblement, a oublié que Nicolas Sarkozy, en son temps, avait fait installer les deux drapeaux français et européen pour marquer la présidence tournante de la France en Europe sous ce même Arc. La belle affaire ! C’est vrai que cette initiative peut un peu interpeller. Encore faut-il préciser que ce drapeau de la discorde a été très vite déposé aux premières heures de la matinée. A une allure elle aussi record. Mais de là à parler « d’effacer l’identité française et la mémoire des soldats ayant versé leur sang pour notre drapeau tricolore » Et pire encore « d’attentat » il y aurait peut-être comme une…légère exagération et récupération en vue de la présidentielle ! Il faut raison garder. Ou comment tomber à la fois dans le panneau et le drapeau…Maladroit peut-être mais, sans plus, avec un drapeau retiré à la va-vite ! Ce qui n’est pas plus sérieux dans la mesure où le drapeau à l’autre bannière étoilée aux couleurs du vieux continent devait quitter les lieux lundi ou au plus tard le lendemain. Ca pouvait attendre quelques heures.

En attendant, Emmanuel Macron a aggravé son cas avec la publication, ce même jour, de la traditionnelle liste des promus de la Légion d’honneur. Un nom y suscite une vague d’indignation: celui d’Agnès Buzyn. « La médaille de la honte » se sont scandalisés les premiers en voyant le nom de l’ancienne ministre de la Santé. Qui, à peine deux mois après le démarrage de la pandémie mondiale, avait préféré abandonner son poste ministériel pour aller à l’assaut de la citadelle de l’hôtel de ville de Paris. Avec le bonheur que l’on sait !

Elle méritait peut-être (outre une mise en examen pour mise en danger d’autrui) cette médaille pour son parcours professionnel avant son entrée en politique, mais sûrement pas pour son action ministérielle et son début de gestion de crise. Elle ne fait que renforcer la critique souvent jugée à juste titre sévère que l’on émettre sur l’identité de certains des récipiendaires de cette décoration née sous Napoléon. Les choix opérés par les présidents successifs de droite comme de gauche conduisent légitimement à ces suspicions bien regrettables.

Son successeur au ministère, Olivier Véran, qui, il y a encore trois jours, tenait un langage catastrophique sur l’étendue de la propagation du virus, parle aujourd’hui, cocorico, d’espoir que « cette vague Omicron était peut-être la dernière, même si ce nouveau variant, déclare-t-il encore, est trop contagieux pour être stoppé ». Tout est dans le peut-être…C’est vrai que nous avons entre temps changé d’année. Certes, c’est toujours préférable de parler de perspective heureuse, mais il ne faut pas non plus, comme la plupart de nos éminents scientifiques et professeurs de la santé, changer de pied sans arrêt. La prudence s’impose après toutes ces déceptions. « C’est la der des der » annonçaient nos glorieux anciens survivants de la Grande guerre. On sait hélas ce qu’il advint.

Heureusement que le ridicule ne tue plus, lui…En revanche le printemps climatique c’est une réalité vraie sans le moindre masque que les enfants de plus de six ans devront porter à partir de demain lundi en certains lieux publics dans un grand nombre de départements. La rentrée s’annonce aussi chaude dans les écoles et les entreprises ou le taux d’absentéisme risque de connaître des chiffres de forte température…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :