Avec ou sans pépins les pommes ?

« Mangez des pommes » invitait en son temps le « Grand Jacques » (Chirac). Ca en fait des années qu’à son niveau le « Duc de Normandie » , Hervé Morin, effectue tradtionnellement sa rentrée politique dans son fief de l’Eure, début septembre, pour sa fête de la pomme, l’un des emblèmes normands. Avec tous les ans un invité de marque en guest-star.

C’était l’année dernière Valérie Pécresse, une fidèle de ce rassemblement champêtre, alors en piste très savonneuse pour la présidentielle pour préparer sa future primaire où elle était loin de partir en favorite. Evidemment, ca avait de la gueule et les militants et élus de la région étaient venus en nombre pour soutenir celle qui allait devenir leur future candidate. C’était encore le temps de l’espoir. Tout autre bien sûr que celui actuel. Surtout qu’il n’y aucune écheance électorale à court terme. Nombre d’élus et militants LR et du centre, de l’Eure comme de Seine-Maritime et du Calvados proche, après le double désastre électoral (le second législatif étant tout de même bien moindre) ont tourné le dos à leur parti pour s’éloigner peu à peu de leur famille d’origine. Au profit souvent du mouvement « Horizons » et en bonne intélligence, avec le « baron » eurois tout puissant, Sébastien Lecornu, pour ce qui concerne nombre d’élus départementaux réunis sous la bannière du ministre des Armées.

De façon définitive ? Il est à peu près certain que le futur président, de par sa position à droite toute, éprouvera les pires difficultés à recoller les morceaux d’un vase bien fendu ressemblant parfois à une urne funéraire ! Et il est probable que le régional Edouard Philippe tentera de faire son marché de…Noël! Non pas aux pommes chez celui (Hervé Morin) qui depuis des années n’entretient plus les mêmes relations amicales avec le maire du Havre. Un doux euphémisme. Ses déplacements dans la cité maritime se font plus rares. On l’a surtout vu en mai et juin derniers venu soutenir ses candidats LR et centristes estampillés « Normandie conquérante ». Il ne doit probablement pas être à jour de son visa dans une ville qui depuis cet été compte qui plus est une nouvelle ministre en la personne d’Agnès Firmin Le Bodo à la Santé. On ne prête qu’aux riches…Il faut espérer après les trois années passées à Matignon de Monsieur Edouard, que la récolte se révèlera à son plus petit niveau fructueuse-aussi pour les intérêts de ses concitoyens havrais-avec Madame Agnès… Pour ce qui est de sa propre rentrée politique le « Doudou » havrais l’effectuera lui au Québec. Sur les terres que connaît bien son ancien mentor, Alain Juppé qui, en exil après ses déboires judiciaires, s’y ressourça quelque temps avant de retrouver la mère patrie girondine et nationale ! Non pas pour y jouer les trappeurs mais bien pour participer à des rencontres internationales des Villes labellisées du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il retrouvera beaucoup plus vite son front de mer normand…et les joutes nationales !

Bref, cette fois-ci Hervé Morin a déplié le tapis rouge (mais sans paillettes et palmes) sur ses terres pour le maire de Cannes, David Lisnard, président de l’Association des maires de France, qui, en raison de ses responsabilités parisiennes, se retrouvait dans l’impossibilité de concourir à la présidence des Républicains en décembre prochain en dépit de ses hautes ambitions nationales. Les invités restés fidèles à leurs couleurs n’ont pas manqué de saluer affectueusement l’invité d’honneur (dont le maire d’Evreux, Guy Lefrand, pour qui son collègue maire des Alpes-maritimes « est avec le président du Sénat, Gérard Larcher, l’un des rares élus à défendre les communes et leurs habitants à Paris) ». Pendant ce temps-là leurs amis et premières lames de LR, plus au sud dans la douceur angevine, faisaient aussi leur rentrée politique, veritable lancement d’une autre campagne en interne avec les trois prétendants à la présidence d’un navire bien délicat à barrer dans la tempête. Forcément présents pour vendre leur meilleur cru auprès des militants. D’un côté donc le « calva » en toute modération, bien sûr, dans les vergers eurois du Roumois et de l’autre sur les rives du fleuve royal, la Loire, avec les vins d’Anjou autour des coteaux d’Aubance et du Layon ! Reste à savoir si le prochain millésime sera à la hauteur des espérances des uns et des autres…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :