Chapeaux majesté ! Tristesse à « Bas le moral » !

Huit ans après l’âge légal du départ à la retraite. Il fallait bien que ça arrive un jour. Et les humoristes ne se sont pas fait prier très vite pour apporter un peu de fantaisie toujours difficile en de tels moments alors que notre moral en a pris un sérieux coup. A l’annonce de la disparition de la reine Elizabeth II. Quoi de plus logique hélas en cette soirée de tristesse à « Bas le moral » . Alors que chez nous « Elisabeth is born », de l’autre côté de la Manche, « Elizabeth II is dead ». Et Charles III devient roi. A 73 ans. « Il va enfin commencer à bosser« , ironisent les plus sarcastiques. Il n’a même pas eu besoin de traverser la rue. Mais plutôt la Cour d’Angleterre. C’est quand même terrible de devoir dire adieu à sa mère pour devenir le « père » d’un Royaume Uni pour le moins désuni avec l’esprit d’indépendance notamment des Ecossais. Ne « kiltons » pas pour autant notre optimisme car le nouveau souverain…aussi futur Duc de Normandie, qui ne sera couronné que dans quelques mois, va probablement y arriver à sa manière. Ce n’est pas totalement la fin des…haricots. Son stage de roi si long a pris fin hier par une journée pluvieuse, toute britannique. Sous une pluie de parapluies devant les grilles du palais de Buckingham et du château de Balmoral, où les sujets de sa gracieuse majesté bouleversés par cette disparition « paisible » sont venus se recueillir.

Notre grand-mère ou « granny », un peu préférée pour beaucoup, même en France, faisait partie de notre univers. Ce n’est pas une page qui se tourne mais plusieurs tomes d’un livre d’histoires exceptionnelles. La souveraine tenait elle-même son journal personnel…Les bonnes feuilles sortiront-elles un jour ?

Elle est passée de l’époque du noir et blanc à la couleur. Et quelles couleurs fluos. Sa marque de fabrique vestimentaire et acidulée. Une digne ambassadrice de la société Stabilo !

Plus sérieusement, quel grand vide après ce choc planétaire. Que d’émotions non feintes avec cette Une et ce titre aujourd’hui « Peine d’Angleterre » de « Libération » avec une magnifique photo faisant la Une du magazine « Time » probablement l’une des plus belles datant des années soixantaine avec une Queen toute habillée de noir. Le plus beau des hommages rendu à la femme la plus photographiée dans le monde sur deux siècles. Que d’images et de sourires doux sur papier glacé contrastant avec un son très rare tout au long de son règne commencé à l’âge de 25 ans avec comme « instructeur » un certain Winston Churchill, un sacré parrain pour démarrer dans la « carrière » de reine. La force de la monarchie. Ce n’était pas en effet la reine des interviews…L’héritier de la couronne, un écolo avant l’heure, pour le moins bien préparé à cette délicate succession qui n’a pas la langue dans sa poche, devra probablement se résoudre à faire preuve d’une plus grande sobriété dans la parole aux côtés de Camilla, la reine consort.

Et quelle image subli-minale finale en fin de…conte de fée non exempte de tragédies et de douleurs familiales que de voir deux jours avant qu’elle ne rende son dernier soupir, sa majesté royale se lever et trouver quelques dernières forces pour se tenir debout et saluer la nouvelle Première ministre, intronisée au 10 Downing Street, Liz Truss. Un ultime sourire à l’attention d’une cheffe de gouvernement (la troisième de l’Histoire) qui dans sa jeunesse prônait l’abolition de la royauté. Ce n’est pas banal !

Et le sens du devoir par dessus tout jusqu’au bout pour une souveraine tellement populaire « at home » et « outdor »…qui, sur le tard, a su se mettre en scène de façon parodique de bon goût avec le plus célèbre des espions, James Bond 007, à l’occasion de l’ouverture des J.O de Londres, puis en juin dernier, pour célébrer son jubilé en recevant à l’heure du thé, en son palais, une autre célébrité britannique, l’ours « Paddington » qui a partagé lors de ce clip inattendu et « so much » une tartine de marmelade et probablement aussi de miel avec son hôtesse royale, à Buckingham. Un humour « so british » comme on peut l’aimer. C’est quand même plus drôle que le Brexit…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :