De l’éloge de la paresse à des rapports très lourds et un homme de télé redoutable !

Elle est si mignonne, non pas la Francine comme dans « La soupe aux choux » mais bien la Sandrine provocatrice. Championne du monde, la députée verte de Paris, Sandrine Rousseau. Son collier de perles ne cesse de prendre de l’épaisseur et du poids au fil des mois. Sa dernière idée de génie: son éloge à la paresse, consécutif à la sortie plus courageuse du « patron » du Parti communiste, Fabien Roussel qui a osé lui faire plutôt l’éloge du travail que celui de « la gauche des allocs » ! Comme quoi si les deux parlementaires NUPES du duo improbable Roussel-Rousseau se retrouvent sur le même kayak et non pas bien sûr sur un char à voile, on sait lequel ramera sur l’embarcation. Forcément « l’homme déconstruit » cher à la l’écolo féministe qui a aggravé son cas en avançant et dans le même mouvement (façon de parler) que le « travail n’était pas autre chose qu’une valeur de droite ». Oh la vilaine saillie. Cela voudrait-il signifier qu’elle et ses amis de gauche (pas tous heureusement) prônent la paresse comme vertu subventionnée grassement par la collectivité si généreuse ? Elle risque d’être longue cette mandature à l’Assemblée nationale avant que la si séduisante Sandrine (qui fait grand tort à la cause environnementale par ses excès et outrances) ne puisse bénéficier d’une pause-paresse bien méritée! Pour ce qui est de l’éloge de la connerie, on est bien servi et là sans la moindre modération !

L’intéressée ne s’est pas épanchée en revanche curieusement sur les tracas personnels de son collègue député du nord, et ami insoumis, le prince consort de Jean-Luc I er roi de la France insoumise, le « rouquin à toison en brosse » parmi les plus célèbres de France, Adrien Quattenens, visé à la tête par une main courante déposée au commissariat par sa compagne qui venait de lui annoncer son intention de se séparer. Le député lillois se serait rendu coupable de gestes violents à son égard motivant cette main courante et non pas une plainte pour des violences conjugales. Et ce pour se protéger dans l’optique d’un divorce semble-t-il compliqué. Encore un problème délicat à régler au sein de LFI avec une première mise à feu au sein de LFI avec la mise en cause par plusieurs femmes (avec plaintes cette fois-ci à l’appui) des comportements « lourds » du nouveau président de la commission des Finances, le camarade Eric Coquerel…

Au rapport Monsieur le Président non pas d’une commission au palais Bourbon mais bien celui à la tête depuis dix ans de la grande famille du football français, Noël Le Graët, qui aujourd’hui est invité au ministère des Sports pour s’expliquer. Il n’y va pas pour prendre le thé avec la ministre Amélie Oudéa-Castéra, mais bien pour tenter de faire un passement de jambes et de contrôler le ballon alors que le feu couve à la FFF comme en Gironde après la sortie d’une enquête à charge sur ses propres comportements sexistes et ceux de plusieurs de ses collaborateurs. Il lui est notamment reproché l’envoi de plusieurs SMS graveleux et très déplacés à d’ex-salariées de la Fédération. On n’est pas loin du carton rouge…difficile néanmoins alors que la scandaleuse coupe du monde au Qatar (de nombreuses voix s’élèvent en France pour le boycott télé de cette compétition dont celle de l’ancienne gloire du ballon rond, Eric Cantona) se profile dans un horizon très rapproché. A quatre-vingts ans, le puissant dirigeant sportif reste visiblement toujours vert…(en dépit d’un grave accident de santé survenu au même moment que la dernière coupe du monde en Russie) même si ce n’est pas sa couleur préférée puisqu’il présida les maillots rouges du club de l’En-avant Guingamp et la municipalité rose de cette même ville pendant une dizaine d’années…

PS: une fake-news pour finir dans la bonne humeur, même si elle concerne la disparition de sa gracieuse majesté britannique. Parrainé par nos chaines d’infos en continu, un mini-tour de France de recueillement est prévu pour l’exposition du cercueil d’Elizabeth II, jusqu’à ses funérailles nationales prévues lundi. Plusieurs étapes sont prévues en France ce week-end dont une à Rouen avec une cérémonie programmée place de la Pucelle où été brulée notre Jeanne, puis devant la statue (restaurée) de notre empereur Napoléon dans cette même ville. Faute de temps, le cercueil royal ne pourra pas passer notamment par la Vendée (pourtant…anciennement royaliste) et la Manche, à La Roche-sur-Yon (jadis baptisée Napoléon-ville » et Cherbourg où une statue équestre représente aussi l’ami des anglais, pointant son doigt sur l’île britannique. A propos de Cherbourg, on notera aussi que cette ville que je connais bien pour y avoir habité et…célébré mon mariage il y 42 ans, et sans télé…hélas, ni Léon Zitrone, a été primée pour y accueillir le monument préféré des français, l’ancienne gare maritime qui y abrite la « Cité de la mer » et le sous-marin nucléaire « Le Redoutable » lancé par le général de Gaulle en 1967. Il est vraiment…redoutable l’animateur de la petite lucarne et grand fervent admirateur de la couronne britannique. Nul doute que Stéphane Bern aura un jour à son tour une statue dans le Cotentin après la couronne du village préféré de nos compatriotes décernée à la station de Saint-Vaast-la-Hougue il y a trois ans…

Un commentaire sur “De l’éloge de la paresse à des rapports très lourds et un homme de télé redoutable !

  1. […] De l’éloge de la paresse à des rapports très lourds et un homme de télé redoutable ! […]

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :