Du vert et du rouge pour les daltoniens de la politique!

La carte météo a connu de sérieux contrastes cette semaine avec une pluie de chiffres ensoleillés, venteux et orageux!

On parlera bien sûr en priorité du plein soleil pour les perspectives d’embauches des entreprises pour 2019. Un chiffre en effet à la hausse de l’ordre de 15 % par rapport à l’année précédente, ce qui correspondrait à 350.000 projets de recrutements supplémentaires. Une perspective d’autant plus encourageante que deux tiers de ces projets correspondraient à une hausse de l’activité et non pas à des remplacements de personnels. Restons néanmoins prudents dans la mesure où bon nombre de nos secteurs économiques souffrent d’un endémique problème d’embauches. Les professionnels entre autres de la restauration, de l’hôtellerie, du transport routier ou de l’aide à domicile et de la construction, ne trouveront pas si facilement toujours chaussures à leurs pieds.

Un avis de forte tempête a de son côté hélas! été lancé du côté des chiffres de la délinquance. Les statistiques virent en effet au rouge place Beauvau avec un premier trimestre indiquant une sévère dégradation des crimes et délits, qu’il s’agisse de vols simples ou de faits beaucoup plus graves. Sans parler de l’augmentation spectaculaire des…prises d’otages, non pas des automobilistes et commerçants impactés gravement par la crise des Gilets jaunes, mais par des actes de violences transformés parfois en séquestrations. Le fait souvent d’une criminalité organisée voire aussi d’individus isolés. Un baromètre inquiétant qui trouve en partie sa justification par l’absence des forces de l’ordre depuis cinq mois sur le terrain, occupés qu’ils sont à remplir des missions de maintien de l’ordre sur la voie publique en ces temps de chaos dans les centres-villes de nos principales métropoles. N’en déplaise aux afficionados de nos agitateurs et perturbateurs de jaune vêtus. Comment aussi ne pas y avoir une cause à effet des chiffres de la mortalité routière de ces derniers mois, consécutive en partie à la casse des radars et à l’absence d’uniformes sur nos routes. La peur du gendarme a sérieusement baissé depuis la fin novembre. Encore faut-il s’entendre sur l’expression « peur du gendarme ». N’a t-elle pas effectivement changé de camp cette fameuse trouille pour les intéressés et leurs proches avec ces déferlements parfois de haine!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :