Tir à vue sur les ambulances!

Pas content le président! Et il l’a fait savoir à ses ministres, qui, au lendemain du 1 er mai, se sont fait sonner les cloch(ettes). Le carillon, non pas de Notre-Dame, au chômage technique pour une longue durée, mais mais bien celui de l’Elysée a retenti fort aux oreilles des membres du gouvernement. Ces derniers ont été en effet vertement invités à faire davantage de service après-vente de son allocution et de mener campagne pour les Européennes.

Emmanuel Macron, dont la liste européenne subit depuis quelques jours une inversion des courbes avec le Rassemblement national (ceci expliquant peut-être cela) n’a que peu goûté, doux euphémisme, le déroulé du séminaire mené par son Premier ministre, à Matignon. En maniant aussi le bâton à l’égard de ses éminences ministérielles. Un mauvais résultat au scrutin de la fin mai, entraînerait de facto quelques modifications substantielles des têtes d’affiches! Suivez mon regard! Pas facile de mobiliser les troupes alors que l’avion Loiseau est en train de piquer du nez. Souhaitons que ce vol européen ne se transforme pas en catastrophe industrielle à l’image de notre si prestigieux Concorde!

Il est bien évidemment de bon ton de tirer sur les ambulances. Et dans ces cas-là le soldat Castaner gagne toujours le pompon. Pas vraiment porte-bonheur, muguet ou pas le ministre de l’Intérieur, qui, comme bien trop souvent a tiré plus vite que son ombre. Mais de là, tout aussi vite, à parler de manipulation et de mensonge d’Etat pour discréditer les si innocents Gilets jaunes ?

Il n’est pas facile de se faire une idée précise de la véracité des faits sur l’intrusion ou l’attaque, selon les versions des uns et des autres des premières heures et toutes les contradictions liées à cette nouvelle polémique. Les équipes médicales, qu’on le veuille ou non, ont bien été terrorisées avec ce passage en force musclé. Des grilles peuvent-elles être forcées sur un site hospitalier quelles que soient les raisons, bonnes ou mauvaises ?

On remarquera aussi que bizarrement le ton des témoignages des premiers témoins, les personnels médicaux, a sérieusement basculé en l’espace de vingt-quatre heures, alors que mercredi soir, la directrice de la Pitié-Salpêtrière et le directeur des hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, peu soupçonnable d’être un pro-Macron, allaient plutôt dans le sens de la surréaction jugée non sans raison malheureuse de Christophe Castaner.

Les opposants de droite, en la circonstance, se sont montrés plutôt partagés et mesurés dans leurs propos. Une prudence de bon aloi dans l’attente des résultats de l’enquête alors que les Insoumis, une fois encore, se sont surpassés dans la surenchère verbale.

Reste une évidence pour le président Macron: la journée du 1 er mai ne lui porte pas bonheur. Souvenons-nous de l’épisode Benalla ce même jour l’année dernière. Il est plus que temps pour l’hôte de l’Elysée de supprimer la date du 1 er mai du calendrier.
Et surtout toutes ces vidéos qui tournent partout sur tous les terrains en boucle à l’affût du moindre incident avec un angle très sélectif exempt de la moindre contestation! ! Ah, elle avait du bon l’ancienne ORTF. Seules ses images comptaient. Mauvaise plaisanterie, bien sûr.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :