Paris vaut-t-elle une messe pour…Edouard Philippe ?

La petite musique pas toujours douce revient à intermède régulier. La presse nationale en remet une couche très épaisse sur l’hypothèse Edouard Philippe comme candidat tête de liste aux municipales à Paris 2020, avec la perspective de l’accueil des Jeux olympiques en 2024 en toile de fond! Ca aurait de la gueule, la prise de la capitale par le camp du Président!

Edouard Phillipe continue, sans se raser le matin, de réfléchir et de privilégier l’ambiguïté, de botter aussi en touche sans toutefois, en bon sportif qu’il est, de ne pas fermer la mêlée. Histoire, peut-être aussi de jouer sur les nerfs de son rival éventuel pour l’investiture, Benjamin Griveaux, adversaire putatif d’Anne Hidalgo (dont il rêve de décrocher le scalp) mais qui semble s’être remise en selle ces derniers mois.

Le choix définitif appartiendra de toute façon à Emmanuel Macron en fonction aussi et principalement de la durée de vie à Matignon de son actuel Premier ministre. Les résultats du scrutin européen passeront peut-être aussi par là.

Et pendant ce temps-là, on s’inquiète forcément dans la cité de la Porte Océane, le Havre, ancien port d’attache de « Doudou » comme on le surnomme, dont la succession s’est déjà jouée en deux temps avec le départ-forcé-de son poulain et dauphin (une double appartenance animale!) Luc Lemonnier, remplacé, il y a peu, au fauteuil de premier magistrat par Jean-Baptiste Gastinne, républicain tendance plutôt droitière et « Manif pour tous ». Ce qui n’est évidemment pas du goût des ses petits camarades estampillés LREM et AGIR, élus dès le premier tour en 2014 sur la liste Philippe. Et qui menacent sérieusement de jouer leur propre partition au prochain scrutin. Nos anciens alliés n’auront pas d’autre choix que de s’entendre et rejouer le match de l’union, s’ils ne veulent pas laisser les clés de la mairie au député communiste Lecoq (pas plus l’imitateur que le comédien…d’une « famille formidable ») et ancien magistrat de Gonfreville-l’Orcher. Un rouge de retour à l’hôtel de ville de la principale ville normande? Voilà qui ferait, entre autres, plaisir à la statue du commandeur, Antoine Rufenacht, tombeur précisément des communistes en 1995!

Autre ville longtemps communiste, Evreux, chef-lieu du département voisin de l’Eure, où le maire très républicain et pas vraiment Macron-compatible, Guy Lefrand, affrontera de toute évidence une liste LREM, avec, comme locomotives probables des anciens adjoints privés de leurs délégations par le maire actuel, dont le bilan au niveau , entre autres, des travaux réalisés dans sa ville, peut apparaître flatteur! Pour le reste…les questions liées notamment à sa gouvernance, se posent. Bonjour l’ambiance et l’incertitude sur les bords de l’Iton, où débarqua un certain Bruno Le Maire, successeur de Jean-Louis Debré, comme député.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :