‘Doudou » lève le pied et « tata » Angela tousse!

« Je hais les routes départementales ». Qui a pu oublier ce sketch culte du regretté Jean Yanne ? De toute évidence…pas le Premier ministre, « Doudou » pour les intimes. L’ancien maire du Havre a levé quelque peu le pied en refilant la patate chaude aux conseils départementaux à qui il reviendra le libre choix de remettre ou non la limitation à 90 Km/h sur les routes de leur département. Une décision soulevant, là encore, des levées de bouclier des mêmes, souvent, qui, il y a quelques mois, braillaient comme des malades contre ce « dictat » venu d’en haut et en partie à l’origine de la « déferlante » jaune.

Il est vrai que dans le cas présent, le locataire de Matignon, a bien insisté sur le fait que les présidents des anciens conseils généraux se trouveront alors placés devant leurs responsabilités. Ce qui évidemment change la donne pour ces grands courageux qui devront répondre de leurs actes en cas de hausse d’accidents mortels liés à la vitesse, sur leurs routes.

Il ne faut pas se voiler la face: ce recul ne concernant pas les routes nationales, a tout de même un petit ou gros accent électoraliste, d’où les cris d’orfraie lancés par nombre d’élus républicains qui, curieusement, ne trouvent plus grâce à ce revirement largement défendu par le chef de l’Etat. Le premier de ces procureurs…étant le mal nommé et sénateur Jean Raison, qui ose parler de « malhonneteté intellectuelle » du Premier ministre! On imagine le tout aussi regretté Michel Audiard se payer de bons mots pour illustrer ces belles déclarations!

E pendant ce temps-là on glose certainement plus dans les salles de rédactions que dans les chaumières, sur le duo franco-allemand. Le célèbre « mano en la mano » version mexicaine du Général de Gaulle du balcon présidentiel en mars 1964 avec son homologue président et la non moins illustre main dans la main à Verdun entre le président Mitterrand et le chancelier Kohl, sont restés pour toujours dans l’histoire. Il en sera tout autrement des « confrontations » pour reprendre l’expression revue et corrigée par la chancelière allemande.

Force est de reconnaître néanmoins que ce coup de froid dans le couple germano-français, à quelques jours seulement du scrutin européen, tombe à pic pour beaucoup d’observateurs peu amènes à l’égard du chef de l’Etat.

Et tata Angela, pourquoi tu tousses ? Ce gros rhume, pas seulement lié aux pollens, trouve essentiellement ses origines dans la perspective électorale pour la « patronne » allemande, sur le départ ou presque, face à une opinion de plus en plus marquée à droite et nationaliste dans son pays et au désir aussi du président Macron de nouer des relations étroites avec d’autres pays plutôt délaissés depuis une trentaine d’années au profit du seul axe Paris-Berlin. Une belle union dont les résultats laissent à désirer pour la bonne marche de l’Europe. D’où l’interrogation que l’on peut avoir sur les conséquences de ce « coup de pied à l’âne » certes peu élégant. compte tenu du calendrier, lié aussi à la volonté des Allemands de rayer de la carte le parlement de Strasbourg.

Et si finalement ce « cadeau » se révélait plus porteur…électoralement, pour le président Macron ? N’aura-t-il pas beau jeu de dire que lui, contrairement à ses prédécesseurs, « ne se couche pas » toujours devant la grande sœur berlinoise. Le temps des grandes embrassades et roucoulades à haute dose diplomatique, parfois grotesques, en sera -il fini pour autant ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :