Passe ton bac d’abord, si tu peux!

C’est un mode d’existence pour nombre d’enseignants depuis la nuit des temps: la grève, même, lorsqu’elle est impopulaire. Ce qui est le cas aujourd’hui avec le démarrage des épreuves du bac pour 743.594 lycéens. Menacé par plusieurs appels à la grève à la surveillance des candidats, lancée par des syndicats dont le majoritaire dans le second degré, le SNES, hostiles à la réforme de cet examen voulue par le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer. Qui lui également va connaitre son examen de passage. Celui de savoir si ce bac inventé par Napoléon en 1808 (avec ses 4,4 % de bacheliers reçus à l’époque contre 88 aujourd’hui !) ne va pas être trop perturbé. L’ancien chouchou du gouvernement, aujourd’hui un peu plus contesté, se veut confiant. Souhaitons que cela soit le cas, car les lycéens ne méritent pas cette épée de Damoclès surtout en pareil jour. Avec toutes les angoisses que connaissent aussi bon nombre de parents! Parfois plus anxieux que leur progéniture.

Il est dommage que les enseignants grévistes et irresponsables n’aient pas eu à plancher aux premières heures de la matinée sur deux des sujets de philo proposés: « Reconnaître ses devoirs, est-ce renoncer à la liberté » ou encore « La morale est-elle la meilleure des politiques ». Autant de sujets ô combien intéressants pour les « Stylos rouges » les petits frères ou sœurs des Gilets jaunes, en première ligne depuis des mois pour réclamer non seulement le retrait de cette réforme mettant fin aux filières, mais aussi pour une hausse des salaires et des meilleures conditions de travail. Des vœux acceptables à entendre, contrairement à la volonté affichée par certains d’une perturbation des épreuves, faute de surveillants. Et qui ne se limiteront pas à défiler devant les portes des lycées dont celui de la rue du Bac, à Paris…

Souhaitons-leur bonne chance à tous ces candidats, du plus jeune âgé seulement de 11 ans, issu de l’Académie de Versailles au doyen de 77 ans originaire de Dijon, avec l’espoir que la moutarde ne monte pas trop au nez de notre courageux doyen !Nous ne sommes pas très loin de l’âge des lecteurs de Tintin…Et qu’ils trouvent le secret, non pas de la Licorne, mais bien celui de la réussite pour gravir un premier Tibet dans leur jeune existence! Avec ou sans yéti…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :