Syndicats et patronat même combat!

Le président Sarkozy et le candidat Fillon en avaient rêvé et le président Macron l’a fait. Est-ce bien une surprise si le patronat et l’ensemble des syndicats ont joué la même partition en découvrant les grandes lignes la potion du Dr Macron. En l’occurrence l’ordonnance dévoilée par le Premier ministre et sa ministre Muriel Pénicaud relative à la réforme sur l’assurance chômage. Indispensable lorsqu’on connait la déconfiture de l’Unedic Faut-il insister sur le fait que depuis le crise de 2008 tant les partenaires sociaux que les gouvernants successifs ont été dans l’incapacité de s’entendre pour éviter cette colossale dette de 36 milliards d’euros.

D’où l’urgence de ce traitement de choc voulu par l’exécutif dont l’objectif est de réaliser une économie de 3,4 milliards d’euros sur trois ans avec à la clé une modification des régles d’accès à l’indemnisation. Les bonnes réponses ont-elles été trouvées pour autant ? En maniant à la fois la carotte et le bâton, le gouvernement ne pouvait faire que l’unanimité contre lui.

Pour ce qui est du bonus-malus sur les contrats courts limité à seuls 7 grands secteurs, la patronat par la voix de son président Geoffroy Roux de Bezieux a crié au loup en parlant « d’un trophée politique du président et infantilisant ».

Est-ce aussi injuste s’il faudra avoir travaillé au moins six mois (contre quatre aujourd’hui sur les vingt-huit écoulés) sur les deux dernières années ?

A elle seule, cette mesure devrait faire baisser le nombre de personnes indemnisées et générer près de trois milliards d’économie.

Est-ce aussi injuste et scandaleux si la dégressivité de l’allocation chômage sera instaurée,après le vote du décret, pour les cadres demandeurs d’emploi touchant plus de 4500 euros avec à la clé un rabot de 30 % à partir du 7 e mois ?

Une dernière mesure essentiellement symbolique puisqu’elle ne touchera que quelques milliers de personnes. Une goutte d’eau dans l’océan…évidemment pas, on en convient, pour les intéressés concernés.

Il est acquis que cette réforme fera scandale auprès de millions de personnes dans un monde de l’emploi dont plusieurs secteurs d’activités manquent cruellement de main d’œuvre, évaluée à plus de 400.000 personnes!

Un oubli volontaire néanmoins dans cette purge: les intermittents du spectacle qui,une fois encore, échappent à la faux.

Une question d’habitude pour des gouvernements toujours tétanisés par la puissance médiatique de cette corporation surtout à…l’approche des festivals d’été!

Un manque de courage jugeront certains. Pas forcément à tort pour des maisons de production profiteuses pour des raisons essentiellement fiscales…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :