La « Première dame » à l’Ecole de la deuxième chance!

Ca a glosé dans les chaumières olympiques. En l’occurrence à Marseille et Lyon. Mais dans le cas présent il ne s’agissait pas d’un soutien en cette actualité coupe du monde féminine, aux deux célèbres clubs de football des seconde et troisième villes de France. Mais bien d’une petite visite amicale et motivée aux élus de ces deux métropoles. La première auprès du premier magistrat phocéen, Jean-Claude Gaudin, qui, en mars prochain, rendra son tablier pour une retraite bien méritée après un dernier mandat objet de bien des critiques. Le combat de trop assurément. Certaines mauvaises langues-et elles sont nombreuses-ont cru voir dans cette démarche de Brigitte Macron comme un soupçon jugé insupportable de soutien à un rapprochement possible entre les Marcheurs et les Républicains en vue des municipales. Une option validée par le maire actuel. Que de vilaines pensées! La nouvelle porte-voix de l’opération « Pièces jaunes » qui vient de succéder à Bernadette Chirac, entendait-elle rendre simplement hommage à la formation dispensée au sein de l’Ecole de la seconde chance, présente dans une quinzaine de grandes villes en France? Quoi de plus naturel pour cette ancienne professeur(e) de lettres qui, à la rentrée prochaine, assurera à titre bénévole des cours de français aux adultes qui sont ponctuellement sur le bord de l’exclusion professionnelle.

Celle qui, comme monsieur Jourdain, fait de la prose sans le savoir, dans le Bourgeois gentilhomme de Molière…(un auteur qu’elle connait bien et pour cause) se déplace elle sans reconnaître qu’elle fait de la politique, a fait une halte très remarquée trois jours plus tard sur les rives du Rhône et du Beaujolais. A Lyon où elle a retrouvé son grand ami, Gérard Collomb, avec qui, a-t-elle dit, non sans malice, « qu’elle partageait nombre de petits secrets ». Pour l’inauguration, cela ne n’invente pas, de la Maison du Répit (et non pas repos) qui vient en soutien aux aidants et un dîner en tête à tête dans un bouchon lyonnais. Non sans avoir salué en « même temps » au cours de cette visite le rival déclaré du… »primat laïque  » de la cité des Gaules, le président de la Métropole lyonnaise, David Kimelfeld. Et non pas Copperfield, le magicien!

La première dame, attaquée sur le fait « qu’elle faisait à travers ses déplacements de la politique » ne s’est pas gênée pour répondre qu’elle n’entendait pas d’ici aux municipales, « être assignée à résidence ». En l’occurrence le Palais de l’Elysée!

Toutes les épouses de président n’ont pas la talent pour jouer à la guitare et pousser la chansonnette comme Carla! Même si son don pour la musique était antérieur à son arrivée rue du Faubourg-Saint-Honoré!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :