« Balance ton porc »: un gros pan sur le groin…et à « nous les petites suédoises!

Encore une semaine où l’on parle beaucoup de violences faites aux femmes. Mais qui pour la circonstance prennent cher! Accusatrice, créatrice de l’emblématique (?) hashtag BalanceTonPorc, Sandra Muller, s’est retrouvée de façon beaucoup moins confortable sur les bancs des prévenus et a été condamnée (elle a fait appel) à une lourde peine d’amende et de dommages et intérêts (15.000 euros) pour diffamation. Un bel exemple, façon de parler, de délation aux effets meurtriers.

Sa victime, l’ancien directeur général de la chaîne spécialisée dans les courses hippiques, Equidia, accusé tout de même cinq ans après les faits supposés et curieuse coïncidence, cinq jours après le déclenchement de l’affaire Einstein, aux Etats-Unis, de harcèlement sexuel, lors d’un…pince-fesse mondain un peu arrosé! Très présent dans les médias depuis hier, Eric Brion, a reconnu des propos grossiers de drague mais a nié toutefois tout harcèlement à caractère sexuel. Sa vie à la fois professionnelle et personnelle s’est retrouvée du jour au lendemain du très mauvais côté….de la balance après la publication de deux tweets de la journaliste, restés toujours postés depuis octobre 2017. Le début de la déchéance sociale et familiale pour ce supposé harceleur!

Beaucoup moins grave mais tellement symbolique de la violence des réseaux sociaux: le tout aussi emblématique Bernard Pivot a reçu une volée de bois vert suite à son tweet qui se voulait simplement ironique en mettant en exergue le fait que « les garçons de sa génération recherchaient davantage des petites suédoises ou anglaises qui avaient la réputation d’être moins coincées que les petites françaises. J’imagine notre trouille et notre étonnement si nous avions approché Greta Thunberg! ».

Horreur et damnation. Que n’avait pas dit le célèbre journaliste qui a dû aussi s’arracher les cheveux devant la « prose » de ses détracteurs peu enclins à partager son amour de l’orthographe, de la grammaire et des belles lettres et des dictées sans faute!

Tout en maintenant son tweet, le président du prix Goncourt (lui-même grand-père d’un enfant autiste) a rectifié toujours avec humour un peu le tir en se faisant l’écho qu’il n’entrait pas dans ses intentions d’être sexiste. « Je connais beaucoup de gens qui ne sont pas autistes qui n’auraient pas eu l’audace et le courage de monter à la tribune de l’ONU comme cette adolescente suédoise. Il n’y avait pas de jeune fille mature comme elle à mon époque ». Ce qui n’est pas plus mal! Et une nouvelle victime de plus pour Greta, l’activiste et donneuse de leçon. Une véritable héroïne des… »Allumettes suédoises » chères à l’écrivain-académicien Robert Sabatier…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :