Transat en double au Havre, entre voilées, mahorais et « voileux » au Havre?

Il n’est pas impossible que Emmanuel Macron et Edouard Philippe, le local de l’étape, se retrouvent-pas en même temps-sur les quais (Vauban) du Havre qui ne seront pas ceux de l’oubli, cette fois-ci, selon le titre d’un roman d’un écrivain normand, Philippe Huet, un maître du polar, originaire de la cité portuaire. Des dizaines de milliers de fans y sont attendus et parmi eux, sauf événement exceptionnel toujours possible, le tandem de l’exécutif, à la barre du bateau France qui traverse quelques tempêtes sociales et politiques. Entre… voilées et « voileux » ?

Ce ne sera pas probablement pour le premier l’occasion d’y recevoir un beau collier de fleurs (comme son ministre Christophe Castaner peu habitué à recevoir des fleurs!) et prolonger le débat sur l’immigration comme à Mayotte et la Réunion. Une tournée…préélectorale de quatre jours, commencée aujourd’hui dans l’Océan indien.

A chacun ses océans! Un petit peu de distance géographique ne fait jamais de mal pour un président de la République, heureux de prendre un peu de soleil, loin de l’arène sociale et politique tellement compliquée en ces jours de forte houle avec comme acteurs, les cheminots, les agriculteurs… Une tempête qui a priori n’est pas prévue lors du départ de cette nouvelle édition de la Transat en double en direction du Brésil. Un pays qui est si cher au couple Macron. Mais il n’est pas prévu que le duo habitué des départs de la Transat depuis de nombreuses années (mais totalement inconnu à l’époque), ait programmé une escapade en amoureux de quelques jours et un séjour chez leur ami Bolsonaro…Ca serait alors fort de café. Jacques-Vabre. Bien sûr. Publicité gratuite. On voit aussi les espiègles persifleurs jaser sur un autre café…signé Grand-Mère!

Non, non et non, le couple présidentiel se contentera peut-être, comme tous les ans ou presque à cette époque de l’année, de retrouver un couple d’amis du côté de Sainte-Adresse. Une bien meilleure adresse que le Brésil, si l’on excepte l’aspect météo. Et ce n’est pas une mauvaise blague belge car les locaux n’ignorent pas que la station limitrophe du Havre fut pendant la Première guerre mondiale la base arrière du gouvernement d’outre-Quiévrain et du roi des Belges. Et aussi quelques années plus tard le dernier domicile des parents du Général de Gaulle, enterrés dans le cimetière de cette commune. Un peu d’histoire ne fait jamais de mal!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :