Quand le rail déraille! voyage en « absurdie »…

Scandaleux. On ne parle même plus de droit de retrait ou de préavis de grève. Toujours est-il que des dizaines de milliers d’usagers de trains à grande vitesse (plus qu’au ralenti depuis quelques jours) principalement sur tout l’axe de l’ouest et le sud-ouest de la France, sont condamnés à subir les outrages provoqués par trois cents cheminots. Qui depuis une semaine bloquent la bonne marche du centre technique de Viry-Châtillon, dans les Hauts-de-Seine, où les rames TGV sont entretenues par 700 cheminots. Un mouvement sans préavis bien sûr. Ne se moquent-ils pas du monde ces travailleurs qui se disent guidés par le seul intérêt du service public rendu aux clients d’une SNCF de plus en plus malade en dépit de la promesse de l’Etat, suite au vote de la réforme de la vieille maison, tout de même évaluée à plus de cinquante milliards d’euros. Soit le triple de l’aide accordée par le gouvernement pour désamorcer la crise des Giles jaunes.

Ingouvernable, la SNCF l’est toujours plus au fil des ans, un beau slogan en vérité. Et quelle tromperie dans l’action de ces grévistes instrumentalisés ou pas par leurs organisations syndicales, qui peuvent exercer leur droit de nuisance sans le moindre risque ou presque. Dans le cas présent, les intéressés avaient obtenu satisfaction dans leur bras de fer avec leur direction qui avait osé leur retirer une douzaine de jours de congés (sur combien ?) . Une mesure très vite retirée. Ce qui n’a pas empêché ces trois cents irréductibles (ne répondant pas là à un appel syndical) de poursuivre leur grève tant qu’ils n’auront pas touché ces journées non travaillées. On marche sur la tête et ce d’autant plus que les jours de grève des salariés protégés de la SNCF représentent à eux seuls plus de la moitié des heures de grève annuelles sur l’ensemble de tous les salariés privés et fonctionnaires en France! Un chiffre ô combien significatif.

Qui osera aussi dire que ces mouvements successifs d’arrêts de travail abusifs ne constituent pas un galop d’essai pour la grande grève prévue liée à la réforme sur la retraite, à partir du 5 décembre prochain. Que Philippe Martinez et ses camarades du désordre aient au moins l’honnêteté intellectuelle de l’admettre et de le reconnaître.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :