Les violettes après les jonquilles et la côte d’Azur transformée en cote d’alerte!

Après le jaune jonquille des Gilets (très discrets ce dernier samedi) les violettes de la colère légitime des femmes dans la rue et en marche contre les féminicides. Une marche à succès tout particulièrement dans la capitale où plus de 40.000 personnes,hommes et femmes,se sont retrouvées sur le pavé pour que les pouvoirs publics réagissent enfin à cette hécatombe immonde de femmes tombées sous les coups de leurs conjoints ou ex.

Avec des porte-voix puissantes comme la comédienne fantaisiste, Muriel Robin figure de proue dans cette lutte contre les violences faites aux femmes. Il est seulement dommage qu’une fois encore la politique ait pris le dessus pour fustiger l’inaction du gouvernement qui demain lundi doit présenter les conclusions de son Grenelle. L’une des féministes les plus médiatiques, Caroline de Hass, coordinatrice de cette marche et militante non seulement féministe, mais surtout de la gauche extrême, réclame rien de moins qu’un petit milliard par an pour lutter contre ces violences alors que la budget alloué est de l’ordre de 360 millions.

Il en faudra toujours plus ici comme ailleurs. Il est surtout essentiel de mieux former les personnels (gendarmes et policiers) pour mieux entendre les plaintes des victimes.

Il n’y a qu’à sortir le carnet de chèques déjà largement ouvert pour tenter de contrer une colère quasi générale dans ce pays où l’on peut toujours donner plus mais surtout sans payer d’impôts supplémentaires . Sacrée quadrature du cercle infernal.

Pendant ce temps-là des milliers d’habitants de la Côte d’Azur vivent le pire avec les inondations, notamment dans le secteur varois de Roquebrune-sur-Argens, touché comme tous les ans par cette spirale des déluges meurtriers. Une rivière Argens décidément coûteuse!

C’est encore étonnant que le chef de l’Etat n’ait pas encore été pointé du doigt vengeur comme principal responsable des effets climatiques dévastateurs. Cela ne saurait tarder. Il n’en demeure pas moins que des responsabilités existent. Il est plus que temps que des mesures efficaces soient prises pour tenter, sinon d’éviter ce cycle de catastrophes naturelles, tout au moins d’atténuer les dégâts matériels et humains avec déjà comme bilan provisoire, deux morts et quatre personnes portées disparues. Dans le cas présent, la sinistrose, le sport national français, peut s’entendre pendant que les ministres ne passent pas plus d’une semaine sur le terrain sans venir désormais au chevet de leurs compatriotes meurtris par ce dérèglement climatique et ses risques naturels avec une « ardoise » multipliée par trois depuis moins de dix ans. La juste compassion ne saurait suffire bien sûr.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :