Soupe à la grimace au Havre et Anne Hidalgo « chocolat » à Paris!

On ne pourra pas reprocher cette année à la municipalité havraise de gaspiller l’argent du contribuable en dépensant des sommes folles pour les festivités de fin d’année pour égayer et illuminer le cœur de ville. Un effort d’autant plus vertueux qu’il intervient à quelques mois seulement du prochain scrutin électoral. Il faut reconnaître aussi que ces économies ne sont pas seulement liées à la volonté de l’équipe de Jean-Baptiste Gastinne de jouer la carte de l’économie. En témoigne principalement l’absence de la Grande roue au succès indéniable depuis six, sept ans. Le prestataire a reconnu avoir eu des problèmes techniques avec son équipement tardivement, d’où l’impossibilité pour lui de se retourner dans des délais jugés trop courts. Vraie où fausse raison, toujours est-il que les mordus de ces sensations aériennes qui n’ont pas encore goûté à ce manège en seront privés le mois prochain. Comme ils le seront et les autres aussi du traditionnel marché de Noël, jouxtant l’hôtel de ville. Un échec patent dû essentiellement à la pauvreté des stands proposés et à la désaffection de ce village bien trop fade pour attirer la foule. Autre absence: la patinoire pour les plus petits. Un échec commercial là aussi. Il faut dire aussi que la dernière édition avait été sérieusement perturbée à la fois par les conditions climatiques et les perturbations causées par les Gilets jaunes le samedi. Le cœur n’était pas à la fête l’année dernière. Le sera-t-il en ce prochain mois de décembre? Il ne l’est pas de toute évidence dans l’immédiat dans le cœur des commerçants qui l’ont saumâtre avec ces annulations successives. Une soupe à la grimace qui n’a rien d’un mets de fête! Pour les Havrais, non plus.

On nous permettra un peu d’humour pour narrer les nouvelles mésaventures de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui après avoir dû avoir avaler des couleuvres olympiques (avec Total et le site Airbnb (à la grande fureur des hôteliers) comme partenaires des JO, n’a rien trouvé de mieux que faire appel à un autre partenariat pour financer en partie ses belles festivités parisiennes de décembre avec le groupe chocolatier Ferrero, oscar de la déforestation à travers le monde avec la destruction inhérente à son activité commerciale, l’huile de palme. Chapeau lorsqu’on se déclare très vertueuse dans le domaine de la préservation de l’environnement. C’est chocolat garanti dans toutes les fontaines parisiennes. Inutile de préciser que ce choix fait grand bruit dans la capitale et même chez un grand nombre de ses partisans furieux de s’être fait « tartinés ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :