Treize militaires français morts en héros au Mali

Treize des nôtres sont morts. Pour la France et pour combattre la folie meurtrière des « fous de Dieu » terroristes au Mali. Une opération voulue et engagée par le président Hollande en 2013 et poursuivie par son successeur, Emmanuel Macron. La pire des tragédies pour notre armée depuis l’attentat de l’immeuble « Drakkar » à Beyrouth, au Liban. de sinistre mémoire en 1983, où avaient péri une cinquantaine de nos parachutistes.

Volant à basse altitude lors d’une opération destinée à traquer au sol un groupe de djihadistes, à la nuit tombée, lundi, deux hélicoptères de manoeuvre et de combat sont entrés en collision entraînant dans ce crash mortel 13 militaires dont 5 du Régiment de Pau. Une ville endeuillée (à l’image de celles de Gap et Vars) qui paie encore un lourd tribut à cette opération de défense, non seulement des peuples de cinq pays du Sahel, tristement coûteuse en vies humaines mais aussi du monde occidental, depuis l’entrée en guerre de la force Barkhane. Le nom de baptême de cette action nécessaire en Afrique où la France est malheureusement trop seule, et qui, depuis six ans, a entraîné la disparition de 38 de nos militaires dans le seul Mali, où les autorités éprouvent les pires difficultés pour prendre l’efficace relais de nos troupes.

Ce lourd bilan comptable toujours horrible va bien évidemment susciter des interrogations et débats. Parfois légitimes et parfois aussi odieux, notamment dans la classe politique qui ne va pas s’empêcher, pour certaines de nos « élites » de polémiquer sur la perte cruelle de ces treize héros dont six officiers et le fils de l’ancien secrétaire d’Etat aux anciens combattants de Nicolas Sarkozy, Jean-Marie Bockel. sénateur de Mulhouse. Une première depuis très longtemps. Mais peu importe au final les grades de ces militaires réunis dans une seule mission et une même famille. Une grande famille que l’on retrouvera bien sûr en communion en fin de semaine ou lundi autour des cercueils drapés de nos trois couleurs nationales de ces 13 héros, comme a pu le déclarer très ému à l’annonce de leur disparition, le président Macron, dans cette cour des Invalides. Une si belle place d’armes mais tellement synonyme de malheurs avec tous ces hommages rendus au fil des années, aussi beaux soient-ils!

Il est même possible en cette journée de deuil national que quelques abrutis complotistes s’interrogent sur cette sombre actualité en plein débat sur la réforme des retraites. Hélas! L’odieux, toujours l’odieux…Le chef de l’Etat se serait bien passé de ce nouveau drame humain qui touche de plein fouet toute la communauté française. Ou presque…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :