Courage, fuyons…pour ne pas battre en retraite piteuse!

Marine ne montera pas au front avec ses petits camarades. La rue, très peu pour elle, mais quel élan, quelle générosité et fougue dans l’appel à l’insurrection, à participer à la chienlit collective. Allez les petits gars, courage. Il faut y aller et bouter hors de l’Elysée le vil usurpateur. Comme pour les Gilets jaunes il y a un an au plus près du « petit peuple » pour le soulèvement final mais pas vraiment auprès d’une partie de ses troupes, qui, demain, feront cause commune au coude à coude avec la piétaille aux cocardes plutôt roses, rouges, vertes et surtout noires. Une armée soudée par la même haine principalement du…Macron et accessoirement opposée à la réforme des retraites, qui, il y a encore trois-quatre mois, recevait l’assentiment d’environ deux tiers des Français. Contre l’inverse aujourd’hui alors que le même flou délirant entoure les futures dispositions de cette mère des batailles réformiste pourtant indispensable mais tellement mal « vendue ». Il fallait tout de même le faire et le gouvernement l’a fait. Avec une efficacité inégalée. Chapeau les artistes! Mais quel flou royal dans l’attente du grand soir!

Comment aussi, pour en revenir à Marine Le Pen, ne plus comprendre l’étiquette d’extrême-droite qu’on colle à ses escarpins privés de grande marche révolutionnaire. D’extrême-droite le rassemblement national ? Une formule à mourir de rire. Elle ne cesse depuis des années à gauchiser son vocabulaire et ses combats de lutte des classes. Souvent d’extrême gauche comme les Insoumis. Pour parler aux plus faibles (qui ne méritent pas ça) dont elle s’est fait l’insigne porte-voix. Qui rapporte il est vrai gros dans les urnes. Qui se ressemble, s’assemble aux côtés de Philippe Martinez, de ses troupes et de Jean-Luc Mélenchon. A propos du joueur de f(lûtes) rouge apolitique de la CGT, il parait, raconte un ami d’enfance qu’il jouait toujours le rôle de l’indien contre le méchant cow-boy. Normal pour un défenseur des opprimés. A l’image de Marine. Ce qui n’est pas pour autant qu’il est devenu une flèche depuis toutes ces années.

La cheftaine du RN, l’ancienne héritière et châtelaine de Montretout, a perdu, elle aussi sa première flèche à l’issue du dernier combat présidentiel en la personne de son ex-fidèle lieutenant souverainiste , Florian Philippot, disparu depuis avec son armée de patriotes sur le champ de bataille européen. Plutôt Waterloo et la Berezina que Austerliz. Et dire que Marine se la jouait à vénérerJeanne d’Arc, l’idole de papa! Mais ça c’était avant. Aujourd’hui ce n’est même pas Louise Michel, l’héroïne de la Commune de Paris. Qui elle, au moins, en avait du courage! Le courage que l’on réclame au chef de l’Etat d’aller au bout de sa réforme. Aussi imparfaite qu’elle puisse être après cette grande nébuleuse et cet accouchement des plus douloureux. Deux ans presque de gestation! Et on ne peut même pas être assuré que le bébé soit viable et d’une beauté inégalée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :