Ca sent le sapin sans train électrique mais avec trottinette!

Hilarant. et tellement rafraichissant! Surtout en ces temps de colère des rues anxiogène . Et si l’on se repassait en boucle un sketch mémorable du duo Jean Yanne-Daniel Prévost, au début des années soixante-dix, sur le « manifestant professionnel ». A travers quelques formules cultes: « Je la ferai bien la grève mais il faut que j’aille au boulot ». « D’où l’utilité de cette profession qui exige des études, un cycle de deux années, la première théorique avec l’apprentissage de slogans et la confection de pancartes et banderoles et la seconde, avec les travaux pratiques, le lancement du pavé et la protection contre la matraque, la confection de cocktails molotov avec comme apothéose la remise des récompenses dont celle du prix Georges Séguy, pour le meilleur coupeur de courant. » « J’en passe et des meilleurs! »

Et pendant ce temps-là, en beaucoup moins drôle vu les circonstances, Edouard Philippe, le boxeur, se la joue en toute décontraction. Feinte ou pas sur le ring avec dans le registre de l’acteur-sparring-partner, Laurent Berger, qui, après avoir surjoué un peu sa colère s’est curieusement calmé au niveau du ton le lendemain de l’intervention du Premier ministre. Pour mieux préparer une nouvelle semaine décisive. En attendant, Edouard Philippe et ses ministres consultent, essaient de déminer le terrain, branche par branche et cajolent plusieurs catégories professionnelles, les enseignants et les policiers, sans oublier les blouses blanches des hôpitaux. Pour mieux laisser sur la touche et au bord du rail les cheminots, qui, au terme de la bataille de l’opinion déterminante, pour également l’ensemble de leur œuvre de destruction, resteront très probablement à quai, isolés dans leur défaite future. Cuisante. Pour un régime spécial garanti perdant. Et au final aussi un grand gagnant qui tirerait les ficelles des ultimes négociations: le leader de la CFDT, vainqueur de ce jeu de rôles avec le Premier ministre, après ce stratagème de coup de gueule habilement surjoué. Où comment pour Matignon se sortir par le haut de ce bras de fer avec les syndicats en sortant il est vrai le carnet de chèques pour les plus raisonnables et maintenir…coûte que coûte la substantifique moëlle de la réforme des retraites. Et asphyxier politiquement encore un peu plus la droite! Bien joué, même si la stratégie de pourrissement (toujours très risquée pour un gouvernement) n’est pas encore gagnée, elle n’est peut-être pas si mal engagée, somme toute! Les paris sont ouverts. L’épuisement des usagers des transports franciliens, bousculés et piégés dans cet enfer au quotidien devrait l’y aider. Les centaines de millions perdus pour l’économie sont eux déjà définitivement perdus pour les commerçants victimes d’une double peine mortifère après celle des Gilets jaunes, l’année dernière. Il ne faut jamais l’oublier. Ca pourrait sentir le sapin… sans train électrique, mais un cadeau de Noël plus utile: une trottinette! Pour un usage totalement différent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :