Ni vainqueurs, ni vaincus et touche pas à mes vacances scolaires!

Dos à dos avec, à la sortie du ring, pas plus de vainqueurs que de vaincus. Même aux points! Comme la retraite. Aucun ko survenu. L’adepte du noble art, Edouard Philippe, le manager général désormais de la réforme est sorti, non pas triomphant, certes, mais pas couvert de bleus à l’âme et surtout physiques, non plus. Imperturbable dans ses baskets et chaussettes de boxeur. Juste quelques marques frontales. Des grosses rougeurs sans terribles conséquences. Le grand soir n’est toujours pas venu. Loin s’en faut.

La réforme ira bien jusqu’au bout, a confirmé ce mercredi matin le chef de l’Etat, en annonçant de « possibles améliorations du projet autour de l’âge pivot ». Ce que nous ne cessons pas d’imaginer avec le jeu de rôles démarré entre Edouard Philippe et Laurent Berger, la semaine dernière. La martingale n’est peut-être plus loin d’être trouvée afin que les deux sortent par le haut de cette crise qui contrairement à ce que se souhaiteraient Philippe Martinez, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen (croyante mais pas pratiquante au niveau des « manifes ») ne va pas se transformer en un raz-de-marée révolutionnaire.

Les organisations syndicales jusqu’aux-boutistes n’ont évidemment pas l’intention de caler en gare. Leur survie est en jeu. Surtout au niveau de la CGT, qui joue gros dans cette bataille du rail et de l’opinion. Le blocage de tout le pays n’a pas eu lieu et ne le sera pas. Seuls ou presque les usagers des trains et des métros et bus de la région francilienne et ceux qui doivent prendre le train, paient au prix fort ce bras de fer. Jusqu’à l’étouffement au sens propre et figuré comme les commerçants qui voient arriver les fêtes avec angoisse. Les grandes victimes de cette crise, qui, pour beaucoup, ne s’en remettront pas. Le soleil ne brillera pas, par ailleurs, pour tous les usagers des chemins de fer à l’occasion des fêtes de fin d’année, contrairement aux prévisions quelque peu présomptueuses et façon Madame Irma du secrétaire d’Etat aux transports. Une histoire de…boules en quelque sorte!

Les enseignants, eux, s’en remettront. Et ce d’autant plus que leurs vacances chéries approchent à grands pas. N’est-ce pas hallucinant d’entendre plusieurs de leurs porte-voix appeler au refus de la trêve mais bien leur intention de lever le pied pour ce qui relevait de leur participation active aux manifestations, à la fin de la semaine. On ne badine avec les vacances scolaires. Une vraie religion pas très laïque celle-là! Si on peut les comprendre lorsqu’il s’agit de défendre leurs intérêts de…classes et d’émettre de sérieux doutes sur les promesses de leur ministre de tutelle, il est permis de mettre en avant leur belle hypocrisie lorsqu’ils lâchent le terrain en temps de repos, certes bien mérité. Les emm…c’est juste bon pour les parents qui eux doivent se débrouiller pour faire garder leurs gamins lorsque ces derniers ne sont pas accueillis en classe! La grève, oui, mais lorsque cela les arrange!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :