"A l'tienne Biloute": quel pied "de boire une bonne mousse et de manger avec ses doigts!"

Tout est polémique dans l’affolement médiatique et la folie politique. Quand nos élites surjouent dans l’outrance répétitive et trop souvent pénible.

Et ce à partir d’une réflexion forcément imagée de Gérald Darmanin, familier des sorties « cash », coupable d’un « conseil d’ami » au chef de l’Etat: « celui de s’entourer davantage de gens qui boivent de la bière et mangent avec leurs doigts et savent parler à la France populaire. Il lui manque sans doute un Borloo » son ex-voisin des Hauts-de-France, déclarait-il au magazine du » poids des mots et du choc des photos ». En l’occurrence plutôt des mots jugés méprisants par beaucoup de ses opposants.

Quel crime a-t-il commis là le ministre des Comptes publics et candidat plus que probable à sa réélection à Tourcoing, une vile du nord, ô combien populaire à l’image de ses origines sociales modestes dont il sait jouer lorsque cela l’arrange. Quoi de plus naturel que de vanter avec modération, bien sûr, la consommation d’une bonne mousse de là-haut dans le « Tchnord ». « C’est le nord » avec l’accent de Michel Galabru dans une l’une des répliques cultes du film du plus célèbre des ch’tis, Danny Boon avec la demoiselle d’Armentières, Line Renaud, sa maman de cinéma dans « Bienvenue chez les ch’tis ». Sacré Biloute.

Les procureurs sont assis…à la table du festin, prêts à déchirer à pleines dents leur proie. Tels des fauves dévorant leurs congénères dans les savanes africaines.

A propos de bonne table et d’Afrique, il est étrange que les grands carnivores de la polémique ne se soient pas encore intéressés avec gourmandise au réveillon traditionnel (depuis son élection) du chef de l’Etat et de Madame, offert à 1300 militaires engagés en Côte d’Ivoire. Des rations beaucoup plus gastronomiques que celles de leur ordinaire, loin de leurs familles, partagées avec leur chef des armées. Un moment de convivialité bien mérité pour nos soldats!

Un déplacement présidentiel pour lequel le général en chef des cuisines élyséennes, Guillaume Gomez et ses brigades seulement armées de casseroles (pas celles d’un autre Ch’ti, Jean-Paul Delevoye) ont préparé des plats sous vide avant de partir à plein par avion. En bonne compagnie avec des sapins de Noël en provenance des forêts du Morvan. Une belle tradition avec au menu un pâté en croute Elysée au foie gras…sans porc ni alcool, une volaille des Landes aux morilles (pour faire plaisir à la secrétaire d’Etat aux Armées, ancien maire de Mont-de-Marsan ?) et pour finir des fromages des régions françaises pour leur rappeler le bon air du pays et des entremets au chocolat et clémentines corses. De quoi bien profiter des valeurs gustatives de nos bons produits du terroir cuisinés avec le plus grand soin par le chef et ses maestros du piano. De fines touches assurément.

Et pour ce qui est de déguster, Emmanuel Macron, frôle l’overdose régulièrement et pas seulement à pareille époque! Sans la moindre modération. Et pas toujours avec la même gourmandise même s’il a de l’estomac!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :