Entre un téléphone portable mortel et un Carlos Ghosn show dans les habits de l'abbé Pierre!

Maudit téléphone portable. Et surtout mortel. Un père de famille de cinq enfants d’une quarantaine d’années a perdu la vie lors d’une interpellation musclée dans une rue de Paris. Déclenchant là une nouvelle vive polémique autour d’une possible bavure policière. Ce que confirmera ou pas l’enquête judiciaire. En attendant, une nouvelle fois, la violence policière est mise en exergue. A tort ou à raison. Une seule certitude dans l’immédiat: l’utilisation d’un téléphone est la cause de ce contrôle tournant au drame: la victime, alors en situation d’assurer une livraison à scooter, est arrêté pour l’utilisation de son téléphone au guidon de deux roues. S’ensuit une discussion très musclée. L’interpellé, visiblement agressif, n’est pas disposé à se soumettre. Il « s’amuse » même à filmer la scène avec son portable. Un geste (fatal ?)probablement considéré comme une nouvelle provocation par les hommes en uniforme, qui, à quatre, le plaquent à terre en lui faisant, semble-il une clé aux conséquences tragiques. La victime décédera quelques minutes plus tard des suites d’un arrêt cardiaque en raison aussi d’une fracture du larynx.

Epouvantable épilogue d’une situation qui voit désormais trop de personnes coupables de délits routiers et autres se rebeller contre les forces de l’ordre, le tout suivis par des témoins toujours bien placés pour diffuser les images qui les arrangent pour mettre bien en relief les inexcusables (pas toujours) agissements des représentants de la loi face à des individus qui la bafouent. Souvent en toute impunité. D’où des drames humains. Intolérables bien sûr dans un climat de violence tout aussi exacerbé depuis des mois et des mois.

Bien éloigné des problèmes de cet ordre, un autre accusé a joué cet après-midi une toute partition en direct de Beyrouth. Pour un grand show Carlos Ghosn. Deux heures de télé réalité d’une autre dimension. Planétaire, économique et politique, cette fois-ci. Il appartenait à l’ancien dirigeant de l’alliance Renault-Nissan de dire sa vérité et de se transformer dans la peau d’un procureur à son tour après son évasion rocambolesque du Japon, où il a été retenu pendant plus d’un an. Il n’avait pas la soutane, mais cela ne l’a empêché de jouer un peu l’abbé Pierre, non pas auprès des sans-abri et des démunis, mais à la tête de l’industrie automobile. Non sans talent d’ailleurs et avec une…fortune diversement appréciée par ses contradicteurs. Sûr que l’ex-grand patron sûr de son innocence (les mains pleines ?) n’a pas perdu dans son enfer nippon toute son énergie. Aura-t-il convaincu pour autant son auditoire sur l’essentiel de sa démonstration ? A suivre. Le feuilleton ne fait que commencer et puis un homme qui vénère sa femme à ce point, ne peut pas être totalement mauvais! Et lorsqu’on y ajoute le fait incroyable que le « chef » des Insoumis, Jean-Luc Mélenchéon, le défend dans son choix de l’évasion, alors là, chapeau bas l’artiste…Surtout qu’il aura aussi permis à l’exécutif de souffler un peu avant la nouvelle manifestation de masse de demain. Même Donald Trump a aussi donné de sa personne! Un vrai modèle de transfert des « emmerdes » sur le terrain international. Pas d’âge pivot aujourd’hui, quel régal! Au régime forcé en cette journée de pause, Philippe Martinez et Laurent Berger avaient de quoi faire « la gueule ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :