Les "voraces" n'ont pas tous forcément un appétit présidentiel!

L’écrivain-journaliste Vincent Jauvert dans son livre « Les Voraces » n’y va pas avec le dos de la cuiller en évoquant le gourmand appétit d’un grand nombre d’hommes et femmes politiques et de hauts fonctionnaires qu’il pilonne dans son ouvrage sur les élites et l’argent. Des exemples en veux tu en voilà « karchérisés » et marqués au fer rouge des « gros cumulards ». Dont l’un, le président de l’Assemblée des maires de France et premier magistrat de Troyes, François Baroin, est visé comme l’un des plus importants cumulards de la République. Il peut en effet additionner ses indemnités de maire et de président de l’agglo, soit l’équivalent d’environ 8.500 euros, sans parler dans le futur de ses retraites d’ancien député et sénateur, ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, et d’autres très probablement. Comme toutes ses participations comme membre du conseil d’administration, toute aussi lucratives dans plusieurs sociétés dont au moins une belge et une britannique en sa qualité de conseiller de la banque Barclay’s . Sans oublier et surtout ses émoluments conséquents d’avocat au cabinet de Francis Szpiner, candidat investi comme tête de liste des Républicains dans le XVI e arrondissement à Paris. Ce qui est une belle preuve de courage pour LR dans la mesure où le célèbre avocat parisien a pris déjà pas mal de gamelles dans des précédentes élections et notamment législatives. Un véritable « chat noir » pour Rachida Dati, toujours en conflit armé avec le maire du XV e arrondissement, Philippe Goujon, à qui a été préférée une femme. Il faut reconnaître que le maire sortant n’avait pas mis tous les atouts de son côté en annonçant qu’il ne voterait pas pour la » belle » du VII e et ancienne Garde des Sceaux, lors du 3 e tour des municipales en mars prochain! Et la rancune tenace, Rachida, n’en manque pas! Elle n’est jamais aussi « pitbull » que lorsqu’elle engage le fer. Pour repasser ceux et celles qui se mettent sur sa route.

Pour en revenir à l’ancien protégé de son second « papa », Jacques Chirac et compagnon de l’actrice Michèle Laroque, est-il certain que ce dilettante ou considéré comme tel par certains de ses amis politiques et amateur de chasse, aura-t-il suffisamment l’ardeur nécessaire pour se lancer la fleur au fusil à l’assaut du Palais de l’Elysée, comme certains dans le camp républicain le poussent. Un combat très hasardeux, certes pour la conquête du pouvoir suprême mais très, très éloigné de ses facilités financières actuelles et futures. La balance n’est pas vraiment en faveur d’une implication pour les présidentielles pour celui comparé il y a quelques années, à un « gendre idéal » et au Harry Potter de la politique. Sans partager la fortune colossale, tout de même, de l’écrivaine britannique devenue célèbre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :