C’est pas malin et pas vraiment fin!

L’heure est grave. Cela fait quatre jours que les médias, après les feux en Australie, pointent avec un voyeurisme certain, leurs caméras des grilles des hôpitaux où vont être soignés quelques malades rattrapés hélas! par le virus chinois. De l’info, en veux tu en voilà grâce où par la faute de cette exigence de transparence qui va encore déchaîner les passions dans la sphère médiatique. C’est vrai que les « manifes » on en a tellement marre avec tous ces comptes d’apothicaires sur le nombre de grévistes ou pas dans les cortèges. On va désormais se focaliser au jour le jour sur un autre nombre certes beaucoup plus anxiogène, mais tout de même: celui des hospitalisés. Notre ministre de la Santé, Agnès Buzyn, qui devait officialiser son ralliement à Benjamin Griveaux, atteint d’un autre virus appelé une « sondagite aiguë », pour les municipales à Paris, va devoir probablement différer son annonce pour ne plus quitter les hôpitaux et se retrouver au côtés des malades de cette épidémie, qui, très probablement a fait déjà beaucoup plus de victimes que celles annoncées en Chine. Encore une querelle de chiffres. A quand un 20 heures en direct de l’hôpital Bichat ou de la Salpétrière ? Une question de jours.

C’est d’autant plus inquiétant en France que notre président n’a pas toujours pas été rendu responsable de cette nouvelle épidémie. Vous vous rendez compte ? Toujours rien sur les médias pour accuser le chef de l’Etat de tous ces maux venus d’Asie. Une éternité qui ne risque pas de durer encore bien longtemps. On peut prendre date sans la moindre hésitation. Même si, sur la toile, ça démarre déjà fort avec notamment cette belle invitation se voulant amusante incitant ceux qui se croiraient atteints d’aller au plus vite au commissariat de police le plus proche. Humour quand tu nous tiens. Histoire de bien infester les vilaines forces de l’ordre, coupables de tant de méfaits. « C’est fin et ça se mange sans faim », pour reproduire une fameuse réplique cinématographique d’un film beaucoup plus drôle! On peut préférer une autre blague à la Chirac, avec ce dessin humoristique de notre défunt président qui lui aussi a été atteint du syndrome du Coronavirus. Mais ce virus n’était pas chinois, lui, mais plutôt mexicain. Et réfugié dans une bouteille de bière…Beaucoup plus sympa, comme le « Grand », atteint en son temps par la maladie de la « grosse bouffe » bien de nos terroirs!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :