Municipales: un rocher sans ministre, un exclu et une troisième voie à gauche (sans issue ?) à Louviers! Et la disparition d'un grand titre de la presse régionale!

Enfin. Le directeur d’école a sifflé la fin de la récré entre ses deux ministres. Les deux petits écoliers turbulents qui espéraient avaler leur biscuit et escalader avec appétit le célèbre rocher de la Vierge sur la cote basque ont étés sommés par le chef de l’Etat à ne plus surfer sur ses nerfs déjà à vif sur les vagues de la grande Bleue. Terminus Biarritz. Pour ce qui relève bien de leurs espoirs municipaux et retour chacun de son côté dans leur ministère respectif. Le chef a tapé du poing sur la table pour renvoyer les deux prétendants, Jean-Baptiste Lemoyne et Didier Guillaume, à leurs chères études ministérielles. Surtout que pour le second se profile le Salon de l’Agriculture d’ici à quelques semaines et à qui un deal à dimension nationale aurait été proposé pour qu’il renonce à ses ambitions municipales biarrotes. Affaire à suivre!

Comme prévu aussi l’exfiltration du Parti des marcheurs de Cédric Villani a été confirmée dans les faits. Une décision logique à l’égard du mathématicien, qui, à la sortie de l’Elysée, dimanche soir, ne s’était pas mieux comporté que la jeune Léonarda dans son affront en direct à la tête de François Hollande. Dans les deux cas, le clap de fin devenait une obligation. Déjà trop tardive, hélas!

A Louviers, point de Villani habillé en Léonarda mais une ancienne Gilet jaune, la télégénique Ingrid Levavasseur, une vraie lovérienne puisqu’elle a passé une partie de sa jeunesse dans le quartier populaire de Maison-Rouge qui mouille le maillot aux côtés de Philippe Brun, l’un des trois hommes de gauche sur la ligne de départ. Un autre petit jeune de 34 ans, a devancé ses petits camarades de gauche. En l’occurrence Hacen Mohammedi, conseiller dans une ONG, qui a dévoilé la totalité des noms de sa liste. Une équipe dans laquelle figurent une conseillère sortante d »opposition, une ancienne tête de liste socialiste et une figure du tissu associatif et remuant directeur (à la retraite) de la Maison du Jeu, François Briançon. Pour ce qui est du jeu électoral, la partie risque d’être difficile et loin d’être gagnée pour l’un des prétendants de gauche. A priori le plus faible des trois!

PS: A propos de Louviers, ma première attache professionnelle au sein de la rédaction de Paris-Normandie, je ne peux que déplorer aujourd’hui la disparition du groupe France-Antilles (la grande sœur jadis de P.N) et ancien fleuron de l’ex-empire Hersant au niveau de sa presse régionale. Ce qui va constituer hélas! une grande première. Les départements de la Guadeloupe, de la Martinique et la Guyane vont se retrouver sans quotidien. Un clap de fin bien triste pour un journal encore florissant il y a une quinzaine d’années alors qu’il était dirigé par un ami havrais, de retour dans sa ville, Henri Merle, qui dirigea aussi les éditions du quotidien normand dans la cité maritime.

Bon courage à nos anciens collègues journalistes en ce temps bien douloureux.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :